Confortable, bien situé, avec des commentaires positifs de voyageurs, autant de questions que sont amenés à se poser les vacanciers au moment de préparer leur prochaine escapade. Mais qu’en est-il des valeurs écologiques ? Est-ce vraiment possible de concilier tourisme et développement durable ? Vous qui faites des efforts toute l’année pour limiter votre empreinte carbone, vous avez envie de garder vos bonnes habitudes, même en voyage. Vous voulez soutenir des gens aussi engagés que vous et vous avez raison. Mais comment faire pour trouver un établissement hôtelier qui ne vous proposera pas un buffet de petit déjeuner rempli d’emballages plastiques de portions individuelles ? Comment éviter de louer un gîte dont l’armoire de produits ménagers constitue un musée de pictogrammes de danger ? Découvrez quelques idées pour trouver votre prochain hébergement écoresponsable en France !

Comment trouver un hébergement combinant écoresponsabilité et dépaysement ?

L’hébergement en voyage, une vraie question pour des vacances écologiques

Il est vrai qu’à côté de l’impact carbone de l’avion ou de la voiture individuelle, l’hébergement en voyage peut sembler avoir une influence négligeable sur la pollution. Et pourtant… Un excès de logements dédiés aux visiteurs de passage augmente drastiquement les impacts néfastes du tourisme sur l’environnement et les populations locales.

Tension du marché immobilier

En France, Paris en est un bel exemple. Entre 2014 et 2019, 20 000 logements ont disparu pour les locataires à l’année pour devenir des meublés touristiques. Ce chiffre est probablement sous-estimé car la ville de Paris n’a pas de vrai moyen de contrôle sur les locations entre particuliers (comme Airbnb). Facile d’imaginer pourquoi louer un appartement dans la capitale relève plus d’un des 12 travaux d’Hercule que d’une recherche immobilière…

Cette tension du marché immobilier due au tourisme se voit aussi dans les prix des logements qui grimpent. Ce phénomène participe à rendre les cœurs de ville inaccessibles aux foyers modestes, accentuant ainsi l’étalement des agglomérations et allongeant les trajets quotidiens en voiture (émissions de CO2, bonjour !).

Le Sud de l’île de Tenerife, aux côtes très bétonnées…

Bétonisation de sites populaires

Malheureusement, quand une destination devient prisée des voyageurs, des promoteurs immobiliers y voient un potentiel d’hébergement touristique non négligeable. Et alors, pour offrir la meilleure vue à leurs voyageurs et ainsi faire gonfler les prix, pourquoi ne pas se mettre directement sur le front de mer ?

C’est une dérive du tourisme dont nous avons pris conscience lors de notre voyage aux Canaries en 2018. Nous qui venions pour les parcs naturels à Tenerife, nous avons vite réalisé que le sud de l’île est complètement dénaturé. Certaines villes y alignent des multitudes d’hôtels tous identiques le long de la côte, faisant perdre tout son charme à cet incroyable territoire volcanique…

Au contraire, l’île voisine de La Gomera, très peu touristique et vallonnée, est complètement préservée : des petits villages, des plantations familiales de bananes, l’île a su garder un charme fou ! Cette bétonisation à outrance, en plus de dégrader les paysages, représente une menace pour la biodiversité et les sites naturels

Utilisation excessive de ressources et augmentation des déchets

Vous savez probablement que lorsque vous passez 2 nuits dans un hébergement, vos draps et serviettes vont être lavés par l’établissement à votre départ (pour ne pas dire tous les jours dans certaines hôtels). Imaginez la quantité d’eau et le nombre de lessives que vous engendrez après 2 semaines de voyage itinérant où vous changez de logement toutes les 2 ou 3 nuits… Eh oui…

Même combat pour les déchets : portions individuelles dans les buffets d’hôtel, abondance de nourriture qui finit par être jetée, échantillons de produits cosmétiques. Ce sont autant de déchets que vous ne faites pas forcément chez vous et qui posent un sérieux problème à l’heure du tourisme de masse. Si en France, l’impact est légèrement limité grâce à un traitement des déchets corrects, ce n’est pas le cas de certains pays à l’économie plus modeste. Une île des Philippines a ainsi été contrainte de fermer ses portes pendant 6 mois en 2018 car les hôtels du coin rejetaient les eaux usées directement dans la mer…

Village paisible sur l'île de la Gomera, dans les Canaries
Un petit village sur l’île de la Gomera, en contraste avec sa voisine Tenerife bétonnée

Des labels de tourisme durable à repérer

Face à ce constat, comment agir ? Emmener sa serviette de douche, éviter de s’attarder dans les villes qui souffrent du surtourisme, quelques choix ne dépendent heureusement que de vous. Mais comment s’assurer au moment de préparer son voyage que l’hébergement choisi est écoresponsable ?

En France et ailleurs, plusieurs labels existent et peuvent vous aider à y voir plus clair. Ils vous garantissent de réserver vos vacances auprès de prestataires qui font notamment attention à l’emplacement et aux matériaux de l’habitat, à l’utilisation raisonnée de ressources et au soutien de l’économie locale.

Clef Verte, un label international de référence

Approuvé par l’ADEME (Agence de la Transition écologique) en France, Clef Verte est un label créé par l’association Teragir. Il récompense les hébergements touristiques et restaurants qui prennent soin de leur environnement. Si le référentiel de base est international, les critères sont adaptés à chaque pays. Régulièrement discutés, ils sont mis à jour tous les 4 ans.

À défaut de trouver un logement labellisé, vous pourrez toujours faire du bivouac, non ?

Gestion de l’eau, des déchets et de l’énergie, sensibilisation des visiteurs, politique environnementale de l’établissement, cadre de vie, les critères sont répartis dans plusieurs catégories. Si vous êtes curieux, découvrez en détail les différents facteurs du label Clef Verte.

Chaque année, les établissements certifiés doivent envoyer leur dossier mis à jour à l’association qui l’étudie et procède ou non à un audit. En fonction du dossier, l’organisme décide de reconduire ou pas le label pour l’établissement concerné. Le processus de certification est donc très sérieux et parfait pour soutenir un acteur engagé de l’écotourisme.

Pour trouver un hébergement écologique labellisé Clef Verte, rendez-vous sur leur site et parcourez les cartes interactives en fonction de l’établissement voulu (hôtel, camping, restaurant) pour découvrir tous les établissements lauréats.

Écolabel européen, un label de confiance

L’Écolabel européen est partout, sur votre bouteille de lessive écologique, votre T-shirt de marque écoresponsable ou votre logement de vacances. Pourtant, il est loin d’être une certification fourre-tout aux exigences légères ! Approuvé par l’ADEME, vous pouvez compter sur sa fiabilité. Pour les établissements touristiques, ce ne sont pas moins de 67 critères, dont 22 obligatoires, qui sont étudiés attentivement par l’AFNOR, l’organisme qui délivre la certification.

Par contre, nous n’avons pas trouvé de carte interactive sympathique pour chercher les hébergements qui disposent de ce label. Si vous êtes motivé, vous pouvez consulter la liste des titulaires sur le site de l’AFNOR. Mais si jamais vous tombez par hasard sur un établissement de tourisme certifié, foncez !

Les logos des principaux labels du tourisme durable en France

Gîtes Panda et Écogîtes, des Gîtes de France engagés

Les deux labels donnent une petite reconnaissance supplémentaire à des établissements possédant déjà le titre Gîte de France. Ces certifications de tourisme rassemblent plusieurs critères de qualité environnementale : protection de la nature, éco-habitat, éco-citoyenneté, sensibilisation à l’écologie.

Le label Gîte Panda, développé en partenariat avec l’association WWF, est réservé aux établissements situés dans des communes de parcs naturels régionaux, parcs nationaux ou réserves naturelles. Il est donc particulièrement attaché au respect de la nature environnante.

Le label Écogîte ressemble au label Gîte Panda dans ses critères, mais couvre le reste du territoire français.

Pour trouver des établissements Gîte Panda ou Écogîte, rendez-vous sur le site de Gîtes de France et filtrez selon les labels !

Green Globe

Peu connu en France mais répandu à l’international, Green Globe ne se limite pas aux hôtels, campings et restaurants, mais couvre tous les lieux de villégiature, comme les parcs d’attraction. Le Puy du Fou est par exemple accrédité depuis 2014.

Nous citons ce label pour sa popularité, en particulier à l’étranger. Néanmoins, l’engagement réel des établissements certifiés est questionnable. L’ADEME par exemple ne l’approuve que pour les campings. Pour les autres établissements, la question demeure : quid des piscines chauffées et climatiseurs ? Néanmoins, si vous recherchez un camping écologique, vous pouvez faire confiance à cette certification.

Une cabane en pleine forêt, un hébergement écoresponsable ?

Des plateformes de réservation d’hébergements écoreponsables en France et ailleurs

Si les labels sont utiles pour s’y retrouver, il en existe une multitude, et tous ne sont pas de confiance… Ils restent de plus payants, dont pas forcément accessibles à tous les établissements qui pourraient en bénéficier. De plus, pour vous qui voulez juste réserver votre prochain séjour facilement, ce n’est pas très pratique de devoir vous rendre sur chaque site de label un par un, jusqu’à trouver le parfait compromis entre emplacement, prix et écologie !

Heureusement, pour vous faciliter de travail, des plateformes interactives se développent. Elles choisissent de ne proposer que des logements dont les propriétaires ont des valeurs écologiques fortes. Alors, tenté par un Airbnb écoresponsable ? Suivez le guide !

WeGoGreenR

Avec plus de 1000 hébergements référencés sur la France, vous aurez l’embarras du choix sur WeGoGreenR. Du chalet à la montagne pour vos vacances d’hiver au gîte iodé au bord de l’océan, vous trouverez forcément un logement à votre goût. Pas de label compliqué, la plateforme définit elle-même son GreenScore établis sur plusieurs critères pour les organismes référencés. Matériaux de construction de l’habitat, transports et mobilité, gestion de l’eau, de l’énergie, actions éco-responsables, alimentation, réduction des déchets et produits d’entretien, rien n’est laissé au hasard.

Les organismes audités par la plateforme obtiennent une note qui peut aller jusqu’à 5. S’il n’obtiennent pas le score minimal de 1, ils ne sont pas référencés. Sur la page de chaque hébergement, vous pouvez découvrir le détail des engagements : proposent-ils de la nourriture végétalienne ? Sont-ils accessibles en transports en commun ? Favorisent-ils les producteurs locaux ? Tout est décrit !

Trouver une petite maison en bord de mer, facile grâce aux plateformes de réservation !

Vaovert

Avec plus de 1200 logements proposés sur leur site, Vaovert se défend très bien sur la scène des plateformes de voyage écoresponsable. En plus des informations sur les services, l’hébergeur peut aussi écrire un paragraphe pour se présenter, lui, son logement et ses valeurs sur la page dédiée à son activité. Une belle façon de rencontrer son futur hôte avant l’heure !

Pour sélectionner leurs hébergements référencés, Vaovert attribue un écopoint par critère respecté. En fonction du nombre d’écopoints, l’établissement obtient un score global et un niveau final d’engagement écologique : de 1 à 3, 3 étant réservé aux champions du tourisme vert ! Chacun des écopoints est rangé dans une catégorie (habitat, énergie, 3R (réduire, réutiliser, recycler), manger sain, partage), permettant au voyageur de choisir en toute connaissance de cause. De plus, pour tout connaître de son futur toit temporaire, le site mentionne également les éventuels labels de l’hébergeur.

Ethik Hotels

Ethik Hotels a la particularité d’être une plateforme collaborative, sur laquelle vous pouvez donc contribuer pour référencer un établissement engagé. Leurs critères sont donc un peu moins développés que les 2 précédentes plateformes, mais couvrent tout de même les grands domaines de l’écoresponsabilité : réduction des déchets, circuit court, tri sélectif, choix locaux, nettoyage moins fréquent, production d’énergie à base de renouvelable.

En bonus, la plateforme ne se limite pas à la France, vous pourrez donc même y réserver votre prochaine grande aventure à l’étranger !

Plus qu’à partir à vélo et vous serez un vrai voyageur écoresponsable !

Vous avez maintenant toutes les clés en main pour devenir un pro de l’écotourisme. Alors quelle plateforme ou label de tourisme durable a su retenir votre attention pour réserver votre prochain hébergement écoresponsable en France ?

Si vous voulez devenir un véritable voyageur engagé, pourquoi ne pas partir à vélo ? Découvrez nos aventures sur la Vélodyssée et la Loire à vélo, deux itinéraires parfaits pour débuter le cyclotourisme.

Il vous manque du matériel pour votre prochaine aventure en camping ? Découvrez pourquoi et comment choisir une tente écologique !

Comment trouver un hébergement écoresponsable en France ?