Vos sacoches de vélo sont prêtes, la tente sanglée sur le porte-bagage et vous connaissez l’itinéraire : ce sera la côte Atlantique à vélo ! Mais vous vous demandez peut-être quels sont les sites incontournables à ne pas manquer sur votre trajet. Après notre article de conseils pour organiser un voyage sur la Vélodyssée, nous partageons avec vous les lieux marquants de la côte Atlantique à vélo. Impressionnés par la superficie des forêts de pins dans les Landes, émus par la traversée de l’estuaire de la Gironde en bac, séduits par la côte accidentée de la Vendée, le voyage a été riche. Enfourchez votre vélo et venez avec nous découvrir un aperçu des merveilles de la Vélodyssée.

Paysage des Landes
La forêt de pins, la dune et l'océan, un paysage typique des Landes
Dans une forêt de pins sur la Vélodyssée
La côte Atlantique à vélo, c'est beaucoup de forêts de pins

La côte Atlantique à vélo des Landes à la Gironde : l’interminable forêt de pins

17 juillet 2020, entre Lacanau-Océan et Hourtin-Plage

Nous ne savons pas depuis combien de temps nous roulons dans cette forêt de pins. La senteur du bois chaud sous le Soleil, le sol rouge d’aiguilles, le chant des cigales, tout se ressemble et pourtant les kilomètres défilent au fur et à mesure que les jours passent.

Nous avons bien eu quelques moments de répit pour rythmer ce voyage : d’abord les grands lacs, ces immenses étendues d’eau plates qui trouent la forêt. Ensuite le bassin d’Arcachon, ses ports de pêche à l’huître, son odeur iodée permanente et son absence totale d’eau à marée basse.

Mais depuis que nous avons dépassé Lège-Cap-Ferret, la forêt de pins est de retour, plus dense que jamais. Peut-être est-ce le dénivelé de cette région, mais elle paraît encore plus interminable. Pendant les montées, le front perlé de sueur et les muscles en feu, nous espérons presque que la forêt aura disparu en haut de la côte. Mais non, elle est toujours là, plus présente que jamais. Alors nous descendons, le vent sifflant dans nos oreilles et continuons le chemin, la côte suivante en vue.

La Vélodyssée en Gironde dans les forêts de pins
Parfois, ces forêts de pins sont vallonnées...

La forme singulière des pins maritimes
Les pins maritimes chahutés par le vent

À ne pas manquer entre Bayonne et la pointe de Grave

S’il y a bien une chose que vous ne manquerez pas sur la côte Atlantique à vélo entre Bayonne et la traversée de l’estuaire de la Gironde, ce sont bien les forêts de pins. Néanmoins, cachées entre les aiguilles de ces grands arbres se trouvent de jolies découvertes qui valent le détour.

Les petites rues de Bayonne

Notre point de départ au sud, Bayonne, est une ville charmante à visiter. Des petites rues aux volets colorées, une cathédrale splendide, cette cité du pays basque a de quoi séduire le visiteur. Nous recommandons particulièrement la visite en fin de journée, quand le Soleil vient raser les bâtiments, parant la ville de nuances de couleurs magiques.

Cyclovoyageur face à Bayonne sur la Vélodyssée
Une jolie vue sur Bayonne avant de commencer notre aventure sur la Vélodyssée
Le phare de la pointe de la Grave
Le phare de la pointe de Grave, au revoir la Gironde, direction le bac et Royan !

La vue sur l’océan depuis le cap de l’Homy

Les plages le long de la forêt des Landes vous paraîtront à première vue toutes similaires : derrière les forêts de pins, vous trouverez la dune prolongée par une bande de sable avec l’océan à perte de vue en toile de fond. Néanmoins, la plage du cap de l’Homy tire son épingle du jeu, le haut de la dune offre un magnifique panorama qui surplombe le front de mer et permet de se rendre compte qu’à cet endroit-là, la côte française, c’est véritablement du sable sans interruption sur des centaines de kilomètres.

La plage du Cap-de-l'Homy
La superbe vue sur l'océan depuis le cap de l'Homy

Les grandes étendues d’eau de la région des grands lacs

Envie de piquer une tête dans l’eau douce pour se débarrasser du sel de l’océan ? Bonne nouvelle, la Vélodyssée traverse la région des grands lacs et passe au plus près de ces grandes étendues d’eau. Les rives des lacs de Biscarosse et de Sanguinet sont longées par l’itinéraire cyclable. Nous recommandons en particulier la baignade dans le lac de Biscarosse du côté de Gastes, plusieurs petites plages sont prévues à cet effet. Pourquoi ne pas en plus louer une petite barque en fin de journée pour aller explorer les canaux autour du lac ? C’est une superbe occasion d’aller observer la faune locale sous une belle lumière de soleil couchant : hérons et busards seront au rendez-vous.

Un bateau au bord du lac de Sanguinet
L'immense lac de Sanguinet, une bulle d'eau douce sur la côte Atlantique à vélo
Le port de la Hume dans le bassin d'Arcachon
Les petites maisons du port de la Hume dans le bassin d'Arcachon

Le bassin d’Arcachon, une parenthèse au milieu de la forêt de pins

Le bassin d’Arcachon nous a surpris. Déjà, dès notre arrivée sur la plage du Petit Nice, nous sentons que quelque chose est différent. Contrairement aux autres plages rencontrées en longeant la côte Atlantique à vélo, les vagues semblent ici avoir disparu (d’où le nom de la plage !), et un banc de sable trône au milieu de l’océan. Nous sommes déjà dans le sillon du bassin et le dépaysement ne fait que commencer. Nous recommandons en particulier de quitter la Vélodyssée juste après la dune du Pilat et de prendre la direction de Pyla-sur-mer. Une piste cyclable continue jusqu’à Arcachon et vous retrouverez la Vélodyssée au Teich.

Ce petit détour nous a été recommandé par un commerçant de Parentis-en-Born, un grand fan de voyage à vélo. Grâce à lui, nous avons découvert la piste en planches de bois aménagée directement sur la plage à Arcachon, ainsi que de très beaux panoramas sur le bassin à marée basse et le charmant Port de la Hume. Un détour qui vaut le coup !

À partir du Teich, nous quittons néanmoins rapidement le bord du bassin d’Arcachon et pédalons sur une ancienne voie ferrée toute droite. Nous avons profité d’un dernier point de vue sur le bassin à Andernos-les-Bains avant de retrouver nos bien-aimées forêts de pins à Lège-Cap-Ferret. C’est peut-être un des points négatifs de la Vélodyssée au bord du bassin d’Arcachon : l’itinéraire est très souvent loin de l’eau… S’éloigner de la piste officielle vaut le coup dans cette région. L’autre solution peut être de prendre un bateau pour traverser le bassin vers le Cap Ferret.

Panorama sur le bassin d'Arcachon à marée basse
Un superbe panorama sur le bassin d'Arcachon à marée basse, depuis La Teste-de-Buch

L’étang de Cousseau : un aperçu des Landes avant les forêts de pins

C’est un détour de la côte Atlantique à vélo que nous avons longuement hésité à faire… Pour aller voir la réserve naturelle nationale de l’étang de Cousseau, nous avons dû laisser nos vélos avec les sacoches sans surveillance. Les abords immédiats de l’étang sont en effet interdits aux vélos. Néanmoins, avec un parking à vélo perdu au milieu de la forêt, nous sentions que le risque de voir disparaître nos affaires serait limité. Alors nous avons tenté notre chance. Non seulement rien n’a disparu, mais nous avons surtout découvert un lieu magique et rencontré des guides passionnés par leur métier !

Les marais de la réserve naturelle nationale de l'étang de Cousseau
Voici à quoi ressemblaient les Landes avant que Napoléon III n'y fasse planter des myriades de pins maritimes

Une petite promenade dans la forêt permet de rejoindre un belvédère sur l’étang, autour duquel se trouvent quelques guides armés de longue-vues. L’un d’entre eux nous explique que la forêt, l’étang et les marais donnent un aperçu des paysages landais avant que Napoléon III n’y fasse planter des milliers de pins maritimes. Ces derniers sont bien présents dans la forêt primaire mais en plus petite quantité. Rien à voir avec les allées de pins bien alignés que nous avons traversé jusque là. Cet environnement marécageux, considéré insalubre à l’époque, regorge en fait d’une riche biodiversité : hérons cendrés, hérons pourprés, aigrettes et même quelques vaches sauvages, quasiment disparues et réintroduites par l’homme autour de l’étang.

En 30 minutes, nous en avons appris plus sur l’histoire de la région qu’en plusieurs jours à parcourir la côte Atlantique à vélo ! Nous recommandons ce petit détour à tous les cyclovoyageurs de passage dans ce coin, vous ne le regretterez pas.

Les jolies villas de Royan à admirer en parcourant la côte Atlantique à vélo
Longer la côte Atlantique à vélo, c'est observer les somptueuses villas de Royan avec vue sur l'océan

De Royan à la Rochelle : de jolis fronts de mer

18 juillet 2020, Royan

Après l’émotion de voir le sud de la Gironde s’éloigner sur le bac, le choc est réel. À Royan, nous avons l’impression d’être sollicités de partout. La monotonie des forêts de pins nous semble bien loin, nous voilà au bord d’une côte de roche déchiquetée, à pédaler entre de magnifiques demeures et l’océan à perte de vue. C’est splendide et la lumière de fin de journée rend ce spectacle encore plus grandiose… Nous ne savons plus où donner de la tête. L’envie s’empare de nous : une volonté de s’imprégner de ce paysage, dans ses moindres détails, de ne jamais se séparer de cette sensation de découverte si grisante. Parcourir la côte Atlantique à vélo réserve décidément bon nombre de surprises…

Jolies maisons face à l'océan à Royan
Les jolies maisons du front de mer entre Royan et Saint-Palais-sur-mer

À ne pas manquer entre Royan et la Rochelle

La côte entre Royan et la Palmyre

La Vélodyssée longe le front de mer à cet endroit-là et c’est magnifique. Entre carrelets, splendides demeures avec vue sur l’océan et paysages de la Gironde en toile de fond, cette portion de l’itinéraire au nord de l’estuaire est grandiose.

La baie de Bonne Anse

Pas très conquis par la foule se pressant autour de la Palmyre, nous sommes soulagés de nous en éloigner rapidement. Surtout que la baie de Bonne Anse est magnifique, un lieu empli de paix et de sérénité que nous avons découvert à marée basse.

La baie de Bonne Anse à marée basse
La magnifique baie de Bonne Anse autour de la Palmyre, le long de laquelle la Vélodyssée chemine

La côte Atlantique à vélo entre Châtelaillon-Plage et la Rochelle

Comme aux alentours de Royan, la Vélodyssée nous gâte à cet endroit-là et longe la côte pendant plusieurs kilomètres. Des premières villas de Châtelaillon-Plage au panorama sur le Vieux-Port de la Rochelle, l’air iodé, les pêcheries et les vagues de l’océan seront vos compagnons de route.

Des carrelets devant Fort Boyard
De jolis carrelets le long de la côte au sud de la Rochelle, avec Fort Boyard visible à l'horizon
Cyclovoyageur face à la baie de la Rochelle à marée basse
Petite pause face à la baie de la Rochelle à marée basse

La ville de la Rochelle

Ne manquez pas de vous arrêter le temps d’une soirée ou d’une journée dans la ville de la Rochelle ! Avec son vieux port charmant et ses petites rues animées, la Rochelle est une ville que nous avons adorée ! Elle regorge de bonnes adresses pour changer de la cuisine au réchaud. Envie d’une délicieuse pause café vegan ou même d’un dîner à la découverte de la gastronomie végétale ? Nous vous conseillons Un piano dans la theière.

La baie de la Rochelle à marée basse
La baie de la Rochelle à marée basse, le long de la piste depuis la plage Chef de Baie
Un panorama sur l'océan depuis la Vélodyssée en Vendée
De magnifiques panoramas sur l'océan, les nombreuses surprises de parcourir la côte Atlantique à vélo en Vendée

La Vélodyssée en Vendée : une côte sauvage ponctuée de paysages champêtres

26 juin 2020, entre Luçon et l’Aiguillon-sur-mer

Le ciel est chargé de nuages, l’orage gronde au loin. La pluie joue à cache-cache avec nous, elle nous a déjà légèrement arrosés à Triaize avant de s’arrêter mais nous sentons qu’elle nous guette encore. Cette journée est différente des autres. Après des jours presque caniculaires à traverser des stations balnéaires bien fréquentées et à pédaler le long de la côte vendéenne déchiquetée, nous voilà seuls au milieu des champs.

Nous n’avons croisé personne au bord du canal de Luçon et depuis que nous avons quitté la ville, nous sommes de nouveau seuls. Une journée d’exploration hors des sentiers battus, à la découverte des nombreux canaux qui quadrillent le Marais Poitevin. Le ciel chargé de nuages donne une profondeur aux paysages dont ne nous lassons pas. C’est beau, paisible et même les averses n’arrivent pas à gâcher notre journée.

Le Marais Poitevin sous un ciel chargé de nuages
Les paysages du Marais Poitevin sous un ciel chargé de menaçants nuages d'orages

À ne pas manquer sur la Vélodyssée en Vendée

Les paysages champêtres du Marais Poitevin

Entre Marans et l’Aiguillon-sur-mer, la Vélodyssée s’enfonce dans le Marais Poitevin. Avec ses beaux paysages champêtres à découvrir le long de canaux, le parc naturel régional nous fait presque oublier que l’océan n’est pas loin. Et si cet avant-goût du Marais Poitevin vous plaît, pourquoi ne pas revenir sur la VéloFrancette, qui s’enfonce dans les terres après Marans ?

Paysage de la réserve naturelle de la casse de la Belle Henriette
La réserve naturelle de la casse de la Belle-Henriette, un havre de paix unique

De l’Aiguillon-sur-mer à la Faute-sur-mer : plages de sable fin et lagune

Le spectacle continue à la Faute-sur-mer. Ne manquez surtout pas la traversée de la réserve naturelle de la casse de la Belle-Henriette, une des dernières lagunes du littoral Atlantique. C’est un lieu qui invite au calme et à la tranquillité, de grandes étendues de sables percées d’eau calme et plate. Difficile de croire que nous sommes encore au bord de l’océan Atlantique. Si comme nous, vous avez la chance de découvrir la lagune baignée de la lumière rasante de fin de journée, le spectacle n’en sera que d’autant plus beau.

Plage de la pointe de l'Aiguillon en Vendée
Une plage sur la pointe de l'Aiguillon
Le front de mer des Sables d'Olonne
Sur le front de mer aux Sables d'Olonne
La côte vendéenne à Saint-Hilaire-de-Riez
La côte vendéenne accidentée autour de Saint-Hilaire-de-Riez
Le phare de Grosse Terre sur la Vélodyssée
Le phare de Grosse Terre sur la Vélodyssée

Autour des Sables d’Olonne : entre côte déchiquetée et marais

C’est le moment d’en prendre plein les yeux ! De Saint-Hilaire-de-Riez à Jard-sur-mer, parcourir la côte Atlantique à vélo est un plaisir. Entre les Cinq Pineaux, le phare de Grosse Terre et la baie de Cayola, les occasions ne manquent pas d’admirer cette belle côte rocheuse vendéenne au charme fou. De temps en temps, la piste s’échappe en forêt ou au milieu des marais, de quoi redécouvrir l’océan avec autant d’émerveillement à chaque fois que celui-ci réapparaît.

Un héron dans un marais sur l'île de Ré
La Vélodyssée, parfaite pour admirer la faune des marais, dont les hérons sont incontournables !
Vélo au bord d'un champ fleuri sur l'île de Ré
Un champ de fleurs sauvages sur l'île de Ré, le spot parfait pour une pause photo
A vélo dans une petite rue sur l'île de Ré
Le bonheur de pédaler dans les petites rues de l'île de Ré

Le charme des îles : un immanquable de la côte Atlantique à vélo

22 juillet 2020, Île de Ré

C’est toujours la première bouchée la meilleure… Alors que la glace fond délicatement dans ma bouche, c’est là que les saveurs se révèlent… Un goût prononcé de noisette, délicieux. Le second parfum est tout aussi divin : la crème glacée a su préserver les arômes du chocolat noir à la perfection. J’ai envie de faire durer le plaisir tellement je me régale, mais je sens déjà le contenu de mon cornet commencer à couler sur mes doigts.

Cette glace, j’en ai rêvé depuis notre réveil à Rochefort le matin même. La pensée de redécouvrir une de mes madeleines de Proust a accompagné chacun de mes coups de pédale. Ce n’est qu’en dégustant le précieux sésame que je me suis retrouvée plongée en enfance… Une odeur de piscine et de crème solaire, mêlée à des souvenirs de balades à vélo au milieu des marais salants, de promenades en ânes habillés de pantalons à carreaux ainsi que le rire de ma sœur ont envahi mon esprit. Remonter le temps en dégustant une glace de la Martinière, c’est ce que j’attendais le plus de ce retour sur cette île que je connais si bien.

Le passage du Gois menant à l'île de Noirmoutier à marée basse
Le passage du Gois à marée basse

Les îles de la Vélodyssée à ne pas manquer

L’île de Noirmoutier, pédaler au gré des marées

Si vous visitez l’île de Noirmoutier, nous vous recommandons d’arriver ou de repartir de l’île par le passage du Gois. Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est un passage submersible carrossable uniquement une heure et demi avant et après l’heure de marée basse. Attention de ne pas se faire surprendre par la montée des eaux ! Un de nos regrets de ce séjour, c’est de ne pas avoir emprunté ce passage dans sa totalité. Lors de notre unique journée sur l’île, la marée basse étant en plein milieu de la journée ou de la nuit, nous avons préféré emprunter le pont et venir voir le passage du Gois depuis l’île. Le contraste entre marée haute et marée basse est saisissant !

Une journée est trop courte pour découvrir toute l’île, un jour de plus aurait été nécessaire. Nous n’avons pas pu voir tout l’ouest de l’île, la partie avec les marais salants et les moulins qui a l’air charmante. Si vous visitez Noirmoutier, prévoyez de passer au moins une nuit sur l’île.

Cycliste le long de la côte Atlantique à vélo sur Noirmoutier
Sur une jolie piste à Noirmoutier, le long de l'océan

L’île d’Oléron, calme et tranquille

L’île d’Oléron, est calme et tranquille comparée à l’île de Ré. Beaucoup moins prise d’assaut par les touristes l’été, elle réserve tout de même de jolies surprises au cyclovoyageur de passage.

Pour nous rendre sur l’île, nous avons quitté la côte Atlantique à vélo pour emprunter le bateau passeur entre Bourcefranc-le-Chapus et Château d’Oléron. C’est une expérience ! Il faut savoir que le traversier est un tout petit bâteau qui circule quelques fois par jour, uniquement le dimanche et le lundi pendant les mois de juillet et août. Nous avons appelé quelques minutes avant pour réserver et avons pu embarquer avec nos vélos dans ce petit bateau. La traversée permet de passer au plus près du fort Louvois, un ancien fort beaucoup moins connu que Fort Boyard mais tout aussi surprenant.

La pointe de l'île d'Oléron
Tout au bout de l'île d'Oléron, demi-tour obligatoire !
A bord du traversier vers l'île d'Oléron face au fort Louvois
À bord du bateau passeur, devant le fort Louvois, cap sur l'île d'Oléron

S’il y a un village à ne pas manquer sur l’île d’Oléron, c’est bien Château d’Oléron ! Une ville fortifiée dont les remparts vous offriront de belles vues sur le continent. Le clou du spectacle, c’est le petit village artisanal aux maisons colorées, une belle surprise que nous avons découverte en flânant au hasard des rues !

Les remparts de la ville de Château d'Oléron
À vélo devant les remparts de Château d'Oléron
Les maisons colorées de Château-d'Oléron
Les maisons colorées d'artisans de Château d'Oléron

L’île de Ré, surpeuplée en été mais au charme fou

Sur l’île de Ré, n’hésitez pas à sortir des sentiers battus pour échapper à la foule. Les pistes cyclables au milieu des marais salants entre Ars-en-Ré et les Portes-en-Ré et celle menant à Loix sont peu empruntées et superbes. Vous pourrez observer de nombreuses espèces d’oiseaux et même profiter des petites cabanes de sauniers le long des chemins pour leur acheter un peu de sel. En libre-service, il vous suffit de déposer l’argent dans une tirelire et de prendre un petit sachet de sel. Un achat local et en direct producteur, nous adorons le concept !

Un saunier au travail sur l'île de Ré
Un saunier au travail sur l'île de Ré
Des marais salants sur l'île de Ré
Une petite cabane en libre-service pour acheter du sel directement chez le producteur sur l'île de Ré

Ne manquez pas une petite balade sur le port de la ville fortifiée de Saint-Martin-de-Ré, classée au patrimoine mondial de l’Unesco, mais allez-y de préférence en début ou fin de journée pour éviter les bains de foule.

Les autres villages de l’île sont tout aussi charmants. N’hésitez pas à vous perdre au milieu de leurs petites rues bordées de maisons blanches et colorées par les roses trémières, c’est superbe !

Côté gastronomie, une dégustation d’une (ou plusieurs) glaces de la Martinière est incontournable. Il s’agit d’un glacier artisanal présent uniquement sur l’île pour un plaisir sucré made in Ré. Le plus difficile sera de faire votre choix parmi leur sélection de plus de 60 parfums !

La pointe de l'île de Ré face au phare des Baleines
Au bout de l'île de Ré, face au phare des Baleines

Voilà nos sites incontournables de la côte Atlantique à vélo. Pour tous nos conseils d’organisation d’un voyage à vélo sur la Vélodyssée, n’hésitez pas à aller consulter notre article sur le sujet.

Alors prêts à partir découvrir la côte Atlantique à vélo ?

Une rose trémière et un volet bleu sur l'île de Ré
Les volets colorés et les roses trémières, la couleur locale de l'île de Ré