Pâturages verdoyants, côtes déchiquetées, landes désertiques : faire un voyage à vélo en Irlande, c’est s’offrir une aventure riche, variée et qui réserve une myriade de surprises à chaque coup de pédale. Sur les petites routes de l’Eurovelo 1 en Irlande, vivez une expérience de cyclotourisme inoubliable et vivifiante. Au-delà des splendides paysages, l’accueil chaleureux des habitants et l’ambiance animée des pubs rendent le pays très attachant ! Êtes-vous prêt à organiser votre aventure irlandaise à vélo ?

  1. Préparer son itinéraire à vélo en Irlande
  2. Le dénivelé à vélo en Irlande
  3. L’Irlande en vélo électrique
  4. La sécurité des cyclistes en Irlande
  5. Prendre les transports en commun en voyage à vélo en Irlande
  6. Où dormir en Irlande ?
  7. Quel budget prévoir pour un voyage en Irlande ?
  8. Se rendre en Irlande sans avion avec son vélo
  9. Les formalités administratives pour voyager en Irlande
  10. Quand partir en voyage à vélo en Irlande ?
  11. L’empreinte carbone pour se rendre en Irlande avec son vélo
Cyclovoyageur en Irlande

Préparer son itinéraire à vélo en Irlande

Où partir sur l’île d’Émeraude ? Quelles sont les voies cyclables du pays ? Je vous dis tout dans cette sous-partie.

Les véloroutes en Irlande

Étonnamment, le voyage à vélo en Irlande est encore très peu répandu.

Contrairement à nos précédents voyages en France et en Suisse, nous avons croisé très peu de cyclovoyageurs sur les petites routes du pays, qui regorgent pourtant de belles richesses !

Le pays est traversé par 2 itinéraires Eurovelo :

  • L’Eurovelo 1 qui s’étend de Rosslare à Belfast en longeant les côtes sud, ouest et nord du pays. En Irlande du Nord, l’itinéraire s’éloigne du bord de mer pour s’enfoncer un peu plus dans les terres ;
  • L’Eurovelo 2 qui relie Galway à Dublin et traverse le pays d’ouest en est.

Notre itinéraire 2022 en Irlande

Nous avons suivi en grande partie l’Eurovelo 1 pendant notre périple de 3 semaines en Irlande à vélo.

Nous sommes partis de Killarney dans le sud-ouest du pays pour remonter vers le nord en suivant la côte jusqu’à Achill Island. Découvrez ci-dessous notre itinéraire approximatif. En réalité, nous avons parcouru 950 km avec 7500 mètres de dénivelé positif.

Si vous voulez plus de détails, chacune de nos étapes est disponible sur notre profil Komoot.

Le dénivelé à vélo en Irlande

Parlons bien, parlons dénivelé ! L’Irlande est un pays globalement plat à l’intérieur des terres. En revanche, la côte ouest ne brille pas par son relief doux. Mais c’est aussi là que vous aurez les plus beaux paysages. Donc, oui, les routes font chauffer les cuisses des cyclistes mais le jeu en vaut la chandelle !

En moyenne, nous avons grimpé 500 mètres de dénivelé par jour : jusqu’à 1000 mètres le 1er jour et autour de 200 mètres de dénivelé certains jours.

Pour partir bien préparé, voici les zones les plus difficiles de notre trajet :

  • La région de Killarney jusqu’à la côte et le nord du Ring of Kerry. Plusieurs cols avec de sacrées pentes (plus de 10 % de moyenne sur certaines parties) vous attendent dans cette belle région d’Irlande ;
  • La péninsule de Dingle. Je la place dans ce palmarès surtout pour le Conor Pass, un col assez difficile, mais qui peut être évité en prenant la route principale. C’est ce que nous avons personnellement fait en raison de nuages récalcitrants qui s’accrochaient au col ;
  • Achill Island. La plus grande île d’Irlande ne présente pas de cols difficiles mais n’offre quasiment aucun tronçon plat. Attendez-vous à un profil de dénivelé en montagnes russes et de belles grimpettes, notamment si vous suivez l’Atlantic Drive.
Point de vue de la région de Killarney
Point de vue de la région de Killarney

Parcourir ces coins lors de votre voyage à vélo en Irlande est certes un petit challenge physique. Mais l’effort fourni est largement récompensé par les magnifiques paysages. La preuve : ces 3 régions sont toutes dans nos coups de cœur !

Si vous débutez le cyclotourisme, je vous renvoie vers nos itinéraires plus adaptés, avec peu de dénivelé :

L’Irlande en vélo électrique

C’est la seule solution que je peux vous proposer pour « éviter » le dénivelé ou en tout cas ses désagréments.

Les vélos électriques sont acceptés dans les tains irlandais, vous n’aurez donc aucun souci pour parcourir l’Irlande à vélo électrique.

Nous avons d’ailleurs croisé des voyageurs en vélo à assistance électrique dans le ferry.

En ce qui concerne les bornes de recharge, nous ne sommes pas des experts du sujet, mais je ne me rappelle pas en avoir croisé sur le chemin. En revanche, si vous dormez en camping, vous ne devriez pas avoir de problème à recharger votre vélo pendant la nuit en prenant un emplacement avec électricité.

Voyage à vélo en Irlande sur l'Eurovelo 1
Vélo de voyage sur une route fleurie en Irlande

La sécurité des cyclistes en Irlande

Est-ce dangereux de pédaler en Irlande ?

Sur le tronçon d’Eurovelo 1 que nous avons parcourus, nous étions quasiment tout le temps sur des routes partagées. Voici les différentes topologies de routes que vous rencontrerez en chemin :

  • Les voies vertes. Nous en avons suivi une entre Westport et Achill Island sur un peu plus de 40 km. C’est un tronçon génial : roulant, bien aménagé, peu vallonné et avec de très beaux paysages ;
  • Les petites routes de campagne. Ce sont des routes très peu fréquentées, sur lesquelles le goudron est souvent de mauvaise qualité. 2 voitures se croisent difficilement sur ce type de route et vous avez plus de chance de vous faire doubler par un tracteur que par un véhicule touristique ;
  • Les routes à 2 voies. Certains tronçons de ces routes sont limités à 100 km/h ! À première vue, nous étions sceptiques sur leur aspect sécuritaire. À l’usage, nous nous sommes rendus compte que les Irlandais au volant sont incroyablement patients et respectueux des vélos. La plupart des voitures nous doublaient doucement ou en laissant un très grand espace entre elle et nos vélos.

Voyager à vélo en Irlande en famille, c’est possible ?

Entre les routes partagées et le dénivelé, je ne pense pas qu’un voyage à vélo en Irlande soit très adapté avec des enfants.

En revanche, avec des adolescents à l’aise à vélo et habitués à ce type d’aventure, vous pouvez vivre un beau voyage en famille.

Randonnée sur la Dingle Way

Prendre les transports en commun en voyage à vélo en Irlande

Le train

Les trains Intercity qui relient les grandes villes entre elles autorisent le transport de vélos gratuitement, moyennant réservation sur le site Internet d’Irishrail pour garantir votre place.

Sur les grandes lignes (notamment Dublin-Cork et Dublin-Belfast), une voiture est dédiée au transport des vélos : le grand luxe. Sur les autres lignes, c’est comme en France : les places vélos se trouvent dans les compartiments voyageurs. Souvent, seules 2 places sont disponibles dans le train. Pensez à réserver vos trajets un peu à l’avance pour ne pas vous retrouver à devoir démonter votre vélo sur le quai.

Le bus

Nous n’avons pas testé cette option, que j’ai jugée un peu trop risquée (et chère). C’est possible avec la compagnie Bus Éireann qui relie plusieurs villes entre elles, moyennant 10 € par vélo. Toutefois, c’est sous réserve que le compartiment à bagage du bus dispose d’assez de place. Vous pouvez donc vous voir refuser l’accès à bord si plusieurs voyageurs transportent des bagages ou même d’autres vélos.

Le ferry

Pour venir en Irlande en ferry, aucun problème. Comptez 10 € par vélo par traversée avec Irish Ferries, qui opère le trajet entre Cherbourg et Dublin. Les vélos sont casés dans des petits espaces inutilisés sur les ponts réservés aux voitures et au transport de marchandises. Pensez juste à prendre une sangle pour attacher les vélos à la structure du bateau et éviter qu’ils ne tombent en cas de grosse mer. Alternativement, vous pouvez aussi les coucher par terre.

Pour les petits ferries, par exemple ceux pour rejoindre les îles d’Aran ou traverser le Shannon, embarquer son vélo est également très simple.

Pour rejoindre les îles d’Aran :

  • Depuis Doolin, les vélos voyagent gratuitement ;
  • Depuis Rossaveel, à l’ouest de Galway, comptez 7 € par vélo par trajet.

Pour traverser le Shannon (environ 3 km), nous avons payé 6 € par personne avec son vélo.

Falaises sur Inishmore
Vue sur les falaises d'Inishmore

Où dormir en Irlande ?

Campings, B&B, auberges de jeunesse : les options pour dormir en Irlande sans dépenser une fortune ne manquent pas. Petit tour d’horizon des options que nous avons testées.

L’expérience B&B

L’Irlande offre un (très) grand nombre de B&B ! Vous en avez pour toutes les envies et tous les budgets. Comptez entre 60 et 100 € la nuit pour 2 personnes avec le petit déjeuner inclus pour un B&B au standing classique.

En théorie, hôtel et B&B offrent sensiblement les mêmes prestations : une chambre pour la nuit avec un petit déjeuner. Mais l’expérience vécue est tout de même très différente : les B&B ont rarement plus de 5 chambres et offrent une expérience authentique et humaine. C’est en tout cas notre ressenti pour le B&B de Dingle dans lequel nous avons passé 2 nuits. La propriétaire est adorable : elle nous a conseillés pour notre randonnée à pied sur la péninsule et a même fourni un abri sécurisé pour nos vélos !

Les B&B peuvent se réserver en dernière minute, surtout en basse saison. Devant la maison, un petit panneau affiche Vacancies s’il reste des chambres de disponible ou No vacancies si le B&B est complet. À partir de la dernière semaine d’août, nous avons commencé à voir régulièrement des établissements disposant encore de place en fin de journée. C’est une bonne alternative au camping, notamment s’il pleut ou que vous voulez passer une soirée au chaud.

Les mentions rooms ensuite signifient que les chambres disposent de salle de bain et toilettes privatives.

Voyage à vélo en Irlande dans le Connemara

Les auberges de jeunesse en Irlande

Les auberges de jeunesse (ou hostel en anglais) sont très répandues en Irlande, même dans les zones rurales. C’est notamment dans ces dernières que vous avez le plus de chance de vivre une très bonne expérience.

Nous avons fait 2 auberges de jeunesse en Irlande, en réservant des chambres privées à chaque fois :

  • Le « Dromid Hostel » avant d’arriver à Waterville, très confortable. Nous avions une grande chambre prévue pour 4 personnes avec une salle de bain privée et une cuisine spacieuse et très bien équipée à disposition. Nous avons payé 58 € la nuit ;
  • « Ashfield Hostel » à Dublin. Mauvaise expérience même en ayant réservé une chambre privée avec salle de bain. L’auberge de jeunesse est très bruyante avec zéro isolation phonique entre le couloir et les chambres. Cerise sur le gâteau : l’eau chaude est inexistante. Nous avons payé presque 140 € la nuit. Certes, c’est en plein centre-ville de Dublin et à quelques minutes à pied du Temple Bar, mais à ce prix-là, je m’attendais au moins à prendre une douche chaude.

Le camping sur l’Île d’Émeraude

Hormis ces 4 nuits en B&B ou auberge de jeunesse, nous avons passé le reste de nos nuits irlandaises sous la tente !

Pour nous, le camping reste le meilleur moyen d’allier liberté et vacances économiques. Nous n’avons pas besoin de réserver à l’avancer et pouvons moduler nos journées pour nous arrêter quand la fatigue se fait sentir.

Les campings en Irlande sont pour la plupart de petite taille et très agréables. Pas de grands complexes avec piscine à toboggan, soirées endiablées et salle de spectacle comme dans certaines zones côtières en France.

Camping dans le Connemara

Côté confort, la plupart des campings en Irlande disposent d’une cuisine avec très souvent des tables abritées, pour manger au sec en cas de pluie. Bien pratique !

Nous avons toujours eu au moins une bouilloire et parfois même des plaques de cuisson à disposition. Résultat : nous n’avons quasiment pas utilisé le gaz de notre bouteille et n’avons pas eu à chercher à racheter une bonbonne de gaz en Irlande.

Côté tarif, comptez entre 10 et 15 € par personne par nuit sans voiture, en pleine saison. Il faut parfois ajouter 1 ou 2 € supplémentaires pour prendre sa douche.

Attention si vous prévoyez de voyager en camping : la plupart ne sont ouverts qu’entre avril et septembre et ferment parfois leurs portes dès la mi-septembre. Renseignez-vous bien si vous partez hors saison.

L’Irlande dispose aussi de moins d’offres de campings que la France. Sur la Vélodyssée ou la Loire à vélo, il est rare de faire 10 km sans croiser un camping. En Irlande, il nous est arrivé d’avoir plus de 30 km entre 2 sites où planter sa tente. Pensez à anticiper vos arrêts !

Le bivouac en Irlande

Le bivouac en voyage à vélo n’est pas notre tasse de thé : nous n’avons donc pas tenté l’aventure en Irlande.

Côté législation, c’est comme en France : le bivouac en Irlande n’est pas vraiment autorisé, mais plutôt toléré, sauf mention contraire. Dans les lieux les plus touristiques, le bivouac en tente ou en van est maintenant interdit. Cependant, l’Irlande regorge tellement d’endroits magnifiques encore peu prisés des voyageurs que nous avons vus des vans et des camping-cars garés dans des endroits magnifiques !

En revanche, dans certaines régions agricoles, notamment autour de Tralee dans les terres, trouver un lieu pour planter sa tente la nuit n’est pas chose aisée. Vous pédalez entre pâturages et terrains privés dans ces zones-là : je vous conseille de demander l’autorisation aux habitants avant de planter vos sardines.

À lire aussi : découvrez comment choisir une tente écologique.

Cyclotourisme en Irlande
Sky Road à vélo en Irlande

Quel budget prévoir pour un voyage en Irlande ?

Côté budget, nous avons dépensé environ 56 € par personne par jour tout compris (avec le transport aller-retour depuis Paris) lors de ce voyage en Irlande.

Voici comment se découpe le budget par personne pour nos 22 jours de voyage :

  • Transport (en partant de Paris) : 449 € ;
  • Courses : 139 € ;
  • Hébergements : 376 € ;
  • Restaurants et pubs : 165 € ;
  • Autres (retraits en liquide) : 75 € ;
  • Visites : 26 €.

Le coût de la vie nous a semblé assez similaire entre la France et l’Irlande, même si les campings sont globalement plus chers.

Se rendre en Irlande sans avion avec son vélo

L’Irlande est bien sûr accessible par la voie des airs. Toutefois, c’est un moyen de transport que nous avons éliminé de nos voyages depuis 2019 en raison de son impact carbone très élevé : je n’en parlerai donc pas dans cet article.

Les ferries vers l’Irlande

Pour nous rendre en Irlande, nous avons choisi d’emprunter le ferry.

2 ports en France permettent de rejoindre l’Irlande :

  • Roscoff vers Cork avec la compagnie Brittany Ferries ;
  • Cherbourg vers Rosslare (compagnie Stena Lines) et vers Dublin (compagnie Irish Ferries).

Il faut compter entre 11 heures et 19 heures de traversée en fonction de l’itinéraire choisi.

Vue de la péninsule de Dingle

Pour choisir sa destination, il faut savoir que le trafic ferroviaire en Irlande est organisé en étoile depuis Dublin. Si vous accostez à Rosslare et que vous visez la côte ouest, il vous faudra forcément repasser par Dublin pour rejoindre votre point de départ.

Nous avons personnellement choisi de faire la traversée Cherbourg-Dublin à l’aller et au retour.

Si vous souhaitez inclure les péninsules du sud du pays à votre voyage à vélo, notamment Mizen Head et Beara qui ont l’air absolument magnifiques, il peut être intéressant de commencer votre itinéraire à Cork.

Limiter l’empreinte carbone de sa traversée en ferry

Le ferry n’est malheureusement pas un moyen de transport bas carbone à l’heure actuelle. C’est toutefois la seule solution simple d’organisation pour rejoindre l’Île d’Émeraude dans un budget raisonnable.

Sachez tout de même qu’en choisissant de ne pas embarquer votre voiture avec vous, vous réduisez déjà significativement l’empreinte carbone de votre traversée et rendez le choix du ferry plus écologique que celui de l’avion.

Si vous voulez réduire encore l’empreinte carbone de vote voyage en Irlande et que vous voyagez sans vélo, une bonne solution peut être de prendre l’Eurostar vers Londres puis un train vers Liverpool (2 heures de trajet). Vous limitez ainsi le nombre de kilomètres en ferry.

De Liverpool, comptez 8 heures de traversée en ferry pour rejoindre Dublin avec la compagnie P&O Ferries (faisable de nuit).

Voyageur à vélo sur la péninsule de Dingle

Rejoindre Roscoff en France

Si vous choisissez de partir de Roscoff et d’accoster à Cork avec votre vélo, la gare la plus proche de Roscoff se trouve à Morlaix. Il vous faudra donc :

  • Réserver une place vélo dans le TGV Paris-Brest et descendre à Morlaix. Comptez entre 3 heures et 3 h 30 de trajet depuis Paris Montparnasse ;
  • Pédaler une trentaine de kilomètres sur la Vélodyssée entre Morlaix et Roscoff (avec un peu de dénivelé en prime) pour rejoindre le port de Roscoff.

Si vous voyagez à pied, des cars font la liaison entre Morlaix et Roscoff.

La gare de Morlaix est également desservie par un TER en provenance de Rennes. Comptez 1 h 40 de trajet. Les TER Bretagne disposent d’espaces vélos gratuits. Attention, en juin, juillet et août, les places vélo dans les TER Bretagne sont désormais payantes (1 € par vélo) et soumises à réservation.

Pour aller plus loin, découvrez notre dossier complet pour prendre le train avec son vélo en France.

Rejoindre Cherbourg en France

Le plus simple avec un vélo en venant de Paris consiste à partir de Cherbourg en France. C’est ce que nous avons choisi. Il faut environ 3 h 30 de trajet entre Paris Saint-Lazare et Cherbourg et 1 h 15 entre Caen et Cherbourg. Le terminal portuaire se trouve ensuite à 10 minutes en vélo de la gare.

Dans les trains NOMAD et TER Normandie, des espaces vélo gratuits et non soumis à réservation sont disponibles.

Nous n’avons eu aucun souci à trouver de la place pour nos vélos un 15 août entre Paris et Cherbourg, même si le train était bien rempli.

Envie d’explorer la Normandie à Vélo ? Découvrez notre guide de voyage de la Véloscénie, une belle véloroute entre Paris et le Mont Saint Michel.

Côte ouest en Irlande

Les formalités administratives pour voyager en Irlande

Pour voyager en République d’Irlande en tant que citoyen de l’Union Européenne, vous n’avez besoin que d’une carte d’identité en cours de validité.

En revanche, si vous passez par l’Angleterre ou que vous voyagez en Irlande du Nord, vous aurez besoin d’un passeport en cours de validité (merci le Brexit).

Côté santé, pour le Royaume-Uni et l’Irlande, pensez à demander votre carte européenne d’assurance maladie avant votre départ pour être couvert en cas de souci de santé. C’est important, surtout à vélo, où vous n’êtes jamais à l’abri d’une chute ou d’une blessure.

Quand partir en voyage à vélo en Irlande ?

Je vous recommande de partir en Irlande à vélo du printemps au début de l’automne.

En mai et juin, vous aurez sûrement de très jolies fleurs le long de l’itinéraire, des jours longs, un temps un peu plus sec et un peu moins de monde : c’est la période idéale pour partir selon nous ! Si nous avions pu, nous serions partis plutôt à ce moment-là.

En juillet et août, les températures sont un peu plus douces, mais vous aurez aussi un plus de monde sur les routes et dans les lieux touristiques.

En avril et septembre, c’est le tout début et la fin de saison : renseignez-vous sur les ouvertures des hébergements pour ne pas avoir de mauvaise surprise.

Nous sommes personnellement partis du 15 août au 6 septembre. Nous n’avons pas été gênés par le monde et avons eu une belle météo avec relativement peu de pluie, notamment 3 jours de grand soleil au Connemara.

L’empreinte carbone pour se rendre en Irlande avec son vélo

Pour sensibiliser à l’impact carbone du tourisme, je trouve qu’il est essentiel d’informer sur l’empreinte carbone de nos voyages, pour que chacun puisse penser à cette donnée cruciale dans ses choix personnels. C’est pourquoi je vous partage l’empreinte carbone de notre voyage à vélo en Irlande sans avion.

Petit préambule avant de rentrer dans le détail : les estimations d’impact carbone des ferries peuvent varier du simple au quadruple en fonction des sources citées. J’ai personnellement choisi d’utiliser le simulateur de Bon Pote qui me semble le plus complet pour faire mon estimation.

Cyclotourisme dans le Connemara

Les données sont exprimées en CO2 équivalent (CO2e) : elles prennent donc normalement en considération l’impact de tous les gaz à effet de serre du transport en question.

Voici l’empreinte carbone par personne des différents transports motorisés que nous avons empruntés pour rejoindre le point de départ de notre périple à vélo :

  • Aller-retour Grenoble-Paris en TGV : 2 kg de CO2e ;
  • Aller-retour Paris-Cherbourg en Intercités : 3 kg de CO2e ;
  • Ferry Cherbourg-Dublin aller-retour (avec une cabine pour 2 et sans voiture) : 222 kg de CO2e ;
  • Train Dublin-Killarney (aller simple) : 12 kg de CO2e ;
  • Train Westport-Dublin (aller simple) : 10 kg de CO2e.

N.B. Pourquoi l’empreinte des trains irlandais est-elle pire que celle des trains français ? Eh bien, de nombreuses lignes de trains en Irlande ne sont pas électrifiées mais fonctionnent encore au diesel ! Les émissions de gaz à effet de serre moyennes des trains en Irlande sont donc pires que celles de nos trains français qui fonctionnent en grande partie à l’électricité d’origine nucléaire (donc peu carbonée).

La totalité des transports pour rallier la côte ouest de l’Irlande a donc émis environ 250 kg de CO2e par personne.

Que penser de ce chiffre ? Il reste certes élevé pour 3 semaines et demie de vacances, quand il est remis en perspective de l’objectif à 2 tonnes de CO2 par personne en 2050 de l’Accord de Paris. En revanche, en choisissant de privilégier le train à l’avion pour les longues distances terrestres et en choisissant le vélo plutôt que la voiture pour la partie road trip, nous avons déjà fait le meilleur choix écologique en tenant compte des contraintes actuelles.

Ferry vs avion : qui pollue le plus ? Découvrez-le dans mon article dédié. J’y compare notamment l’impact carbone entre les 2 modes de transport pour voyager entre Paris et Dublin.

La plus grosse contrainte reste bien sûr l’absence d’alternative simple et financièrement accessible à l’énorme ferry avec bars, restaurants et cabines privées consommant du fioul lourd. Peut-être un jour les compagnies maritimes offriront-elles des alternatives moins confortables mais aussi moins polluantes aux voyageurs qui le souhaitent ? N’oublions pas que les changements doivent aussi être systémiques et pas seulement venir des efforts individuels !

Sources des chiffres :

Alors, êtes-vous prêt à préparer votre propre voyage à vélo en Irlande ?

Voyage a vélo en irlande - épingle Pinterest 1
Voyage a vélo en irlande - épingle Pinterest 2
Voyage a vélo en irlande - épingle Pinterest 3