La pluie vous fouette un peu plus le visage à chaque coup de pédale mais vous souriez. Vous le savez, ça ne va pas durer. Bientôt, le soleil reviendra pour vous sécher. D’ailleurs, le ciel s’éclaircit déjà au loin. Et vous vous demanderez de nouveau : à quand la prochaine averse ? Pas de doute, vous êtes bien en Normandie. Mais si vous êtes là, c’est que vous savez que le jeu en vaut la chandelle : la Véloscénie vous réserve plein de surprises ! Pour nous, c’est en mai 2021, avant de quitter Versailles et la région parisienne pour de bon, que nous avons décidé de partir explorer cette belle véloroute qui passait juste en face de chez nous. Alors, c’est parti ! De Paris au Mont Saint Michel à vélo, vous aurez bientôt le nécessaire pour partir explorer à votre tour la Véloscénie : itinéraire, difficulté, hébergement et durée.

Vélos de voyage à Bagnoles-de-l'Orne
Petite pause photo dans la station thermale de Bagnoles-de-l’Orne
  1. Quel est l’itinéraire de la Véloscénie ?
  2. Quand partir au Mont Saint Michel à vélo ?
  3. Quel matériel est nécessaire pour partir sur la Véloscénie ?
  4. Combien de jours prévoir pour parcourir l’intégralité de la Véloscénie  ?
  5. Quel est le niveau de difficulté de la Véloscénie ?
  6. Quel est notre avis sur cette véloroute de Paris au Mont Saint Michel ?
  7. Quelles étapes faire sur la Véloscénie ?
  8. Comment rejoindre l’itinéraire en train ?
  9. Quels hébergements choisir sur la Véloscénie ?
  10. Quel tronçon faire en 3 jours sur la Véloscénie ?

Quel est l’itinéraire de la Véloscénie ?

La Véloscénie est une véloroute qui part au pied de la cathédrale Notre-Dame à Paris et s’achève au Mont-Saint-Michel, entre la Bretagne et la Normandie, après 450 km de parcours. Outre ses points de départ et d’arrivée iconiques, c’est un itinéraire à vélo très riche en découvertes. Patrimoine historique et naturel, paysages variés, cette véloroute est loin d’être ennuyeuse !

Quand partir au Mont Saint Michel à vélo ?

Si, comme nous, vous comptez dormir dans des campings pendant votre aventure, nous vous conseillons de partir entre début juin et fin septembre. Ce n’est pas que nous ayons eu particulièrement froid sous la tente au mois de mai, mais c’est simplement que nous avons eu du mal à trouver des campings ouverts sur toutes les étapes de la Véloscénie à cette période de l’année.

Si vous êtes ouvert au bivouac, partir en mai ne vous posera aucun problème. Ce mois printanier possède un charme tout particulier avec les nombreux champs de colza en fleur. Attendez-vous à sentir régulièrement le parfum très prononcé de ces petites fleurs jaunes.

Des champs de colza fleuris sur la Véloscénie

Autre facteur à prendre en compte au moment de choisir vos dates : la fréquentation du Mont Saint Michel ! Nous sommes partis en période de Covid (donc sans touristes étrangers), un jour de semaine pluvieux et même ainsi, nous avons trouvé qu’il y avait du monde sur le Mont. En plein été, par beau temps, c’est une vraie foule qui doit se presser sur le pont-passerelle. Si vous souhaitez visiter tranquillement la Merveille, pensez aussi à arriver tôt le matin (donc à ne pas dormir trop loin).

Quel matériel est nécessaire pour partir sur la Véloscénie ?

Côté vélo, nous vous déconseillons de partir en vélo de route. Privilégiez un VTC, VTT ou gravel afin de pouvoir évoluer confortablement sur les voies vertes non goudronnées, nombreuses sur l’itinéraire.

Côté équipement, prenez obligatoirement de quoi vous protéger des intempéries : coupe-vent, pantalon de pluie, surchaussures imperméables, sacoches bien étanches. Pensez également à vérifier que votre tente ne prend pas l’eau si vous optez pour du camping !

Le panorama de la pointe de la Roche Torin, sous la pluie mais avec le sourire !

Ce n’est pas notre première expérience de voyage à vélo dans cette belle région et sans vouloir vous décourager, vous aurez sans aucun doute la chance d’expérimenter quelques averses le long du parcours. Mais cela participe aussi au charme de l’aventure, n’est-ce pas ?

Découvrez notre liste de matériel de cyclotourisme dans notre article dédié.

Ajoutez à votre équipement des collants chauds et une doudoune légère en plume pour faire face à l’éventuelle fraîcheur de Normandie au mois de mai et c’est tout ce dont vous aurez besoin.

Combien de jours prévoir pour parcourir l’intégralité de la Véloscénie  ?

Pour rejoindre le Mont Saint Michel depuis Paris et prendre le temps de profiter des découvertes le long de l’itinéraire, nous vous conseillons de compter au moins 7 jours de voyage.

Le manoir de la Vove à Corbon
L’imposant château de Nogent-le-Rotrou

À ce rythme-là, vous pédalerez en moyenne 65 km par jour, une distance faisable sans entraînement spécifique préalable si vous êtes en bonne forme physique.

Quel est le niveau de difficulté de la Véloscénie ?

Nous avons trouvé la Véloscénie un peu plus difficile que les autres véloroutes que nous avions faites jusque là. L’itinéraire est légèrement vallonné avec quelques petites côtes à gravir.

De plus, les villages étapes intéressants à découvrir sont parfois difficiles d’accès. C’est le cas notamment de Mortain, Domfront et Mortagne-au-Perche. Mortain, avec son point culminant à 314 mètres d’altitude, est perché en haut d’une belle côte que nous avons dû finir de grimper en mettant pied à terre.

Si vous cherchez des itinéraires plus accessibles aux débutants, nous vous conseillons nos aventures sur la Vélodyssée et la Loire à vélo, 2 véloroutes idéales pour un premier voyage à vélo.

L’entrée du château de Carrouges
L’Église de Saint-Hilaire-du-Harcouët

Quel est notre avis sur cette véloroute de Paris au Mont Saint Michel ?

De jolies découvertes tout le long du parcours

La Véloscénie est vraiment un superbe itinéraire. Partir de la capitale et rejoindre la Bretagne et la mer à la force de ses jambes rend le challenge unique et atypique. Si vous cherchez une aventure avec un peu de dépaysement et un point final iconique qui vous fera pleinement apprécier l’arrivée, la Véloscénie est faite pour vous !

De belles surprises inattendues jalonnent également l’itinéraire :

  • les plus grandes cascades de l’Ouest de la France à Mortain ;
  • l’imposant château de Nogent-le-Rotrou ;
  • l’arrivée surprenante dans la Baie du Mont Saint Michel au milieu des moutons !
Qui savait qu’il y avait des cascades comme celle-là en Normandie ? Pas nous en tout cas !

Une arrivée au Mont Saint Michel en demi-teinte

Nous avons toutefois été légèrement déçus à l’arrivée au Mont Saint Michel. D’une part, l’endroit est très touristique et a un côté Disneyland que nous n’apprécions pas du tout. D’autre part, nous n’avons pas trouvé de moyen de visiter la Merveille sans abandonner nos vélos et bagages sans surveillance.

Toutefois, en faisant quelques recherches pour rédiger cet article, il semble que 70 places de stationnement pour vélos aient été mises en place au pied du Mont Saint Michel, dans la cour des Fanils, depuis juillet 2021. Une conciergerie est également à votre disposition pour laisser vos affaires (comptez 2 € par bagage).

Un itinéraire avec de nombreuses voies vertes

Si vous êtes du genre à trouver les voies vertes monotones, l’itinéraire risque également de vous décevoir. La Véloscénie emprunte d’anciennes voies ferrées sur une grande partie du parcours ! C’est le cas notamment de Nogent-le-Rotrou à Alençon et de Domfront jusqu’à l’arrivée dans la baie du Mont Saint Michel.

Une des nombreuses voies vertes de la Véloscénie
Une piste cyclable à la sortie de Chartres

L’ambition de la Véloscénie est même de proposer l’itinéraire de Nogent-le-Rotrou au Mont Saint Michel sur voies vertes, une bonne nouvelle pour les familles mais moins pour les adeptes de petites routes.

Quelles étapes faire sur la Véloscénie ?

Nous vous proposons 2 alternatives : une au départ de Versailles et l’autre au départ de Paris. À vous de choisir votre option favorite !

Au départ de Paris

Jour 1 : Paris-Rambouillet

  • Distance : 78 km
  • Dénivelé positif : 550 m
  • Dénivelé négatif : 440 m

Vous quittez la capitale par la voie verte qui relie Paris à Massy et passez devant le parc de Sceaux. L’itinéraire est agréable et bien aménagé, même s’il peut être très fréquenté pendant les week-ends ensoleillés.

Notre partie favorite de ce tronçon se trouve entre Massy et Versailles le long de la Bièvre. Les traversées de la vallée de Chevreuse et de la forêt de Rambouillet sont également très agréables et champêtres. Difficile de croire que le capitale est si proche !

Pour plus d’informations sur la Véloscénie entre Paris et Saint-Rémy-les-Chevreuse, rendez-vous sur le récit de nos 2 micro-aventures en Île-de-France.

Un tronçon champêtre dans la forêt de Rambouillet

Jour 2 : Rambouillet – Chartres

  • Distance : 52 km
  • Dénivelé positif : 280 m
  • Dénivelé négatif : 260 m

La Véloscénie passe ensuite à l’intérieur du splendide parc du château de Rambouillet, avant de quitter l’Île-de-France direction l’Eure-et-Loir. Ne manquez pas les petits détours pour admirer le château de Maintenon et l’imposante cathédrale de Chartres perchée sur les hauteurs de la ville.

La cathédrale de Chartres
Au cœur de la forêt de Rambouillet

Au départ de Versailles

Jours 1 et 2 : Versailles – Chartres

  • Distance : 106 km
  • Dénivelé positif : 630 m
  • Dénivelé négatif : 600 m

Si vous souhaitez raccourcir légèrement la première journée de vélo, vous pouvez également commencer l’itinéraire de la Véloscénie depuis Versailles. Vous ferez alors 2 étapes d’environ 50 km, Rambouillet se trouvant pile au milieu entre la ville royale et la majestueuse cathédrale de Chartres.

À ne pas manquer entre Paris (ou Versailles) et Chartres :

  • le château de Versailles ;
  • le château de Rambouillet ;
  • le château de Maintenon ;
  • les petites ruelles de Chartres et sa majestueuse cathédrale.
Le château de Maintenon, un tout petit détour qui vaut le coup !

Entre Chartres et le Mont Saint Michel

Depuis Chartres, voici les étapes que nous avons faites en mai 2021 jusqu’au Mont Saint Michel.

Jour 3 : Chartres – Arcisses

  • Distance : 65 km
  • Dénivelé positif : 350 m
  • Dénivelé négatif : 260 m

Après avoir pris le temps de flâner dans les petites ruelles de Chartres, continuez votre découverte de l’Eure-et-Loir. Si vous partez en mai, imprégnez-vous de l’odeur des champs de colza, c’est sur cette étape que vous en verrez le plus.

Après Illiers-Combray, vous voilà déjà dans le Parc Naturel Régional du Perche. Le premier village traversé est celui de Frazé, avec son château médiéval aux tours sculptées imposantes.

À ne pas manquer entre Chartres et Arcisses :

  • le jardin du Pré Catelan à Illiers-Combray : dessiné par l’oncle de Marcel Proust, il inspira à ce dernier les lieux de son roman Du côté de chez Swann ;
  • le château de Frazé ;
  • le domaine de l’abbaye et ses jardins à Thiron-Gardais.
Le château de Frazé, à l’entrée du parc naturel régional du Perche

Jour 4 : Arcisses – Le Mêle-sur-Sarthe

  • Distance : 76 km
  • Dénivelé positif : 450 m
  • Dénivelé négatif : 540 m

Faites votre première pause de la journée au château des Comtes du Perche à Nogent-le-Rotrou et prenez le temps de faire le tour de ses douves transformées en pâturages.

Ensuite, de Condé-sur-Huisne au point final de cette étape, ce ne sont que vos petits détours éventuels qui vous feront quitter la voie verte qui file à travers le Perche. En fin de journée, profitez des bords du lac du Mêle-sur-Sarthe pour passer une soirée reposante.

À ne pas manquer entre Arcisses et le Mêle-sur-Sarthe :

  • le château de Comtes du Perche à Nogent-le-Rotrou ;
  • le hameau de Villeray, village charmant typique du Perche ;
  • le manoir de la Vove à Corbon ;
  • le village de Mortagne-au-Perche et son église imposante, accessible après une jolie côte de 1,3 km.

Jour 5 : Le Mêle-sur-Sarthe – Bagnoles-de-l’Orne

  • Distance : 69 km
  • Dénivelé positif : 480 m
  • Dénivelé négatif : 430 m

Faites chauffer vos cuisses sur les collines du Perche entre Alençon et Bagnoles-de-l’Orne et ne manquez pas le château de Carrouges et son entrée majestueuse sur cette étape !

Pour préserver vos jambes et votre énergie, vous pouvez également continuer sur la voie verte entre Alençon et Bagnoles-de-l’Orne sans passer par Carrouges.

À ne pas manquer entre le Mêle-sur-Sarthe et Bagnoles-de-l’Orne :

  • l’imposante basilique Notre-Dame à Alençon ;
  • les petites maisons à colombages et le parc des promenades à Alençon ;
  • le château de Carrouges et son entrée majestueuse.
Un paysage champêtre de la Véloscénie

Jour 6 : Bagnoles-de-l’Orne – Mortain

  • Distance : 63 km
  • Dénivelé positif : 470 m
  • Dénivelé négatif : 470 m

Sur cette étape, ne manquez surtout pas Domfront, son centre-ville médiéval au charme fou et son panorama à couper le souffle sur la région. Le village vaut clairement le coup de pousser un peu sur les pédales pour y arriver !

Une maison à colombages à Domfront
Les rues médiévales de Domfront

Nous vous recommandons chaudement de vous arrêter à Mortain pour la nuit. Vous pourrez ainsi vous décharger de vos vélos et bagages le temps d’une petite balade autour de la Grande Cascade et de la Petite Cascade. Montez à pied en haut de la côte 314 pour admirer la vue. Par beau temps, il paraît même que vous pouvez apercevoir le Mont Saint Michel !

À ne pas manquer entre Bagnoles-de-l’Orne et Mortain :

  • les jolies villas de la station thermale de Bagnoles-de-l’Orne ;
  • le centre-ville médiéval de Domfront, les vestiges de son château et la vue imprenable sur la région ;
  • les 2 cascades de Mortain ainsi que le panorama en haut de la côte 314, à découvrir sans vos vélos.

Jour 7 : Mortain – Le Mont-Saint-Michel

  • Distance : 67 km
  • Dénivelé positif : 270 m
  • Dénivelé négatif : 470 m

Le Mont se rapproche et l’impatience se fait sentir ! Profitez de l’arrivée dans la baie à Pontaubault et de votre premier point de vue sur le Mont. Faites un stop à la pointe de la Roche Torin pour admirer l’un des plus beaux panoramas sur la Merveille.

Joli panorama sur le Mont Saint Michel au bout du pont-passerelle

Vous êtes maintenant arrivé au point final de la Véloscénie ! Depuis 2020, les cyclistes ont accès libre au pont-passerelle qui relie le continent à la Merveille. Faites le plein d’air iodé sur ce tronçon iconique et admirez le Mont se rapprocher un peu plus à chaque coup de pédale. Avec un peu de chance, vous ne ferez pas ce trajet sous la pluie comme nous !

Attention, le pont-passerelle est submergé les jours de grande marée (coefficient supérieur à 100). N’oubliez pas de vérifier ce point crucial avant votre visite.

Depuis juillet 2021, vous pouvez laisser votre vélo dans la cour des Fanils et vos bagages à la conciergerie avant de vous perdre dans les petites ruelles du Mont.

À ne pas manquer entre Mortain et le Mont Saint Michel :

  • la cathédrale de Saint-Hilaire-du-Harcouët ;
  • le point de vue sur le Mont Saint Michel depuis la pointe de la Roche Torin ;
  • et bien sûr, la visite du Mont Saint Michel ! À faire sans vos vélos.
Un joli paysage de la Vélomaritime autour de la Baie du Mont Saint Michel

2 étapes bonus sur la Vélomaritime

Nous avons décidé de prolonger le voyage à vélo jusqu’à Saint-Malo en suivant la Vélomaritime. Cette véloroute est la partie française de l’Eurovélo 4 et s’étend de la frontière belge avant Dunkerque jusqu’à Roscoff. Nous l’avons suivie de Saint-Hilaire-du-Harcouët, où elle fusionne avec la Véloscénie jusqu’à Saint-Malo.

Jour 8 : le Mont Saint Michel – Cancale

  • Distance : 50 km
  • Dénivelé positif : 140 m
  • Dénivelé négatif : 120 m

Depuis le Mont-Saint-Michel, la Vélomaritime s’enfonce dans les polders, ces étendues de terre gagnées sur la mer, avant de cheminer le long de la Manche.

C’est un superbe tronçon qui permet de faire le tour de la Baie du Mont-Saint-Michel et de l’admirer sous toutes ses coutures. La Merveille s’éloigne petit à petit, jusqu’à n’être qu’un tout petit point à l’horizon.

Ne manquez pas de vous arrêter à Cancale et de visiter les petites rues du centre-ville. Allez notamment admirer le point de vue sur la mer depuis la pointe du Hock.

La plage au Puces en Bretagne

Jour 9 : Cancale – Saint-Malo

  • Distance : 29 km
  • Dénivelé positif : 160 m
  • Dénivelé négatif : 180 m

C’est une toute petite étape qui vous attend entre Cancale et Saint-Malo.

Profitez des nombreux points de vue sur la mer en vous éloignant de l’itinéraire dès que vous le pouvez. C’est par exemple possible d’accéder à la plage aux puces et à la pointe de la Varde, qui offrent de très beaux panoramas.

Le front de mer de Saint Malo avec la ville fortifiée au loin

Enfin, ne manquez pas de flâner un peu dans la ville fortifiée de Saint-Malo. Arrêtez-vous pour la nuit afin de profiter de la ville sans vos vélos avant de reprendre le TGV direction Paris le lendemain matin… ou de continuer l’aventure en Bretagne !

Comment rejoindre l’itinéraire en train ?

De nombreuses gares jalonnent l’itinéraire, vous pouvez vraiment adapter votre parcours selon vos envies et le temps dont vous disposez.

En Île-de-France, vous pouvez rejoindre facilement la Véloscénie depuis les gares de :

  • Paris-Montparnasse ;
  • Versailles Chantiers (gare TER, RER C, Transilien N et U) ;
  • Saint-Rémy-les-Chevreuse (gare RER B) ;
  • Rambouillet (gare TER et Transilien N).
Entre Rambouillet et Chartres

Sur le reste du parcours, vous aurez également possibilité de prendre le train à :

  • Epernon ;
  • Maintenon ;
  • Chartres ;
  • Illiers-Combray ;
  • Nogent-le-Rotrou ;
  • Condé-sur-Huisne ;
  • Alençon ;
  • Flers (en liaison en prenant la Vélofrancette depuis Domfront direction Ouistreham).
Dans les petites ruelles de Chartres

Enfin, pour faire le trajet retour depuis le Mont Saint Michel, la gare la plus proche est celle de Pontorson, à 10 km du Mont. Depuis cette gare, vous pouvez rejoindre Rennes en TER et changer pour un TGV direction Paris. La gare d’Avranches est également accessible en vélo depuis le Mont Saint Michel.

Sinon, vous pouvez décider, comme nous, de continuer l’aventure et de pousser un peu plus loin en Bretagne. Nous avons ainsi suivi la Vélomaritime jusqu’à Saint-Malo pour reprendre le TGV direct vers Paris depuis cette ville.

Dans tous les cas, les lignes de TGV Paris – Saint-Malo, Paris – Brest et Paris – Rennes ont des espaces vélo permettant de voyager avec sa monture sans la démonter, à condition de réserver sa place. Une bonne nouvelle pour s’épargner une logistique désagréable.

Pour un voyage serein et sans stress, découvrez tous nos conseils pour prendre votre vélo dans le train !

Dans la forêt de Rambouillet
Le camping La Baie du Mont Saint Michel sous un joli arc-en-ciel

Quels hébergements choisir sur la Véloscénie ?

Comme souvent, pour privilégier la liberté et la flexibilité et ne pas avoir à réserver nos logements à l’avance, nous sommes partis avec notre tente !

Voici nos 3 campings favoris du trajet :

  • camping municipal de Mortain : la vue est superbe depuis le terrain, malgré des équipements un peu spartiates ;
  • camping La baie du Mont Saint Michel à Céaux : les infrastructures sont très récentes, l’accueil est chaleureux. Les tentes disposent même de tables de pique-nique abritées, c’est le grand luxe ! Seul bémol, vous vous ferez peut-être réveiller par le coq du voisin au petit matin ;
  • camping municipal de la Pointe du Grouin à Cancale : techniquement, il n’est pas sur la Véloscénie mais sur la Vélomaritime. Toutefois, sa vue sur mer et son cadre sont absolument superbes ! En plein été, il doit être pris d’assaut mais en mi-saison, aucun souci pour avoir une petite place pour la nuit.
La vue sur mer depuis le camping municipal de la Pointe du Grouin à Cancale

Voici nos autres campings du séjour, très corrects et sans mauvaise surprise :

  • camping du Bois Jahan à Arcisses ;
  • camping Intercommunal « La Prairie » au Mêle-sur-Sarthe (attention, il est mal placé sur Google Maps, il se trouve bien au bord du lac).

Nous avons également fait une nuit en bivouac dans la forêt de Magny avant d’arriver à Bagnoles-de-l’Orne.

Pour dormir sur le reste de l’itinéraire, voici 2 campings que nous n’avons pas testés, mais qui bénéficient du label « Accueil vélo » :

  • camping Huttopia à Rambouillet ;
  • camping de Chartres, à proximité du centre-ville.

Quel tronçon faire en 3 jours sur la Véloscénie ?

Enfin, si vous voulez partir le temps d’un long week-end, voici quelques idées d’escapades entre Paris et la Bretagne sur 3 jours : 

  • Alençon – Le Mont Saint Michel : c’est une partie très variée de l’itinéraire. Entre les curiosités naturelles de Mortain, les beaux panoramas de Domfront et l’arrivée dans la baie du Mont Saint Michel, vous ne serez pas déçu !
  • Paris-Nogent-le-Rotrou : c’est un itinéraire un peu plus proche de la capitale mais riche en découvertes. Ne manquez pas les châteaux de Versailles, Rambouillet, Maintenon et Nogent-le-Rotrou. Prenez également le temps de flâner dans les petites rues autour de la cathédrale de Chartres.

Vous avez maintenant toutes les informations nécessaires avant de vous lancer sur les étapes de la Véloscénie ! Cette véloroute vous-a-t-elle convaincue ? Quand partez-vous la découvrir ?

Voyageur à vélo devant le château de Carrouges sur la Vélosénie
Voyageur à vélo à Domfront sur la Véloscénie
Cyclovoyageur sur la Véloscénie devant un champ de colza