Que ce soit sous les aurores boréales en Islande ou face au coucher de Soleil depuis son lieu de bivouac au bord de l’océan, le camping en tente est la promesse de souvenirs de voyage inoubliables. Malheureusement, ces petites toiles imperméables montées sur arceaux ne sont pas toujours synonymes de camping écoresponsable. Alors comment choisir une tente écologique ? Dans cet article, nous vous donnons quelques clés pour vous y retrouver au milieu du jargon technique du matériel outdoor. Vous verrez que dormir à la belle étoile n’est pas une fatalité pour concilier camping et écologie.

Une aventure en canot-camping au Québec vous tente ?

L’impact environnemental du matériel de camping

L’imperméabilisation, un procédé néfaste pour la planète

N’avez-vous jamais eu à secouer votre tente au petit matin après une nuit humide avant de la replier et de la ranger dans son sac ? Si la réponse est non, vous devriez aller faire du camping en Ecosse. Il n’y a rien de plus satisfaisant que de voir toutes les petites gouttes rouler sur le tissu et de pouvoir ranger sa tente en un claquement de doigts ! Merci aux matériaux imperméables !

Mais savez-vous ce qui se cache derrière cette belle innovation technologique ? Des produits chimiques, au doux nom de PFC ou perfluorocarbures. Leur particularité : ils sont hydrophobes et lipophobes. En imprégnant un tissu avec ces molécules, celui-ci sera donc à la fois imperméable et déperlant, exactement ce qui est attendu d’une toile de tente ou d’un tissu de vêtement outdoor. C’est ce que plusieurs marques nomment sous le nom de traitement DWR (Durable Water Repellent).

Les PFC ont même atteint le fin fond de la Laponie norvégienne

Jusque là, tout va bien. Mais les PFC ont d’autres propriétés moins sympathiques. Très volatils, ils sont rejetés dans l’atmosphère lors du processus d’imprégnation des toiles de tente. Les composés fluorés vont ensuite être transportés par le vent, la pluie et se retrouver… partout… Greenpeace a ainsi prélevé des échantillons d’eau aux 4 coins du globe et retrouvé des PFC même dans des endroits très reculés.

Autre caractéristique problématique, leur durée de vie peut aller jusqu’à 50 000 ans. Les PFC s’accumulent dans la chaîne alimentaire et se retrouvent dans le sang de quasiment tous les être vivants, humains compris… Ce n’est pas très rassurant quand on sait que certaines études rangent les PFC dans la catégorie des perturbateurs endocriniens et substances cancérigènes

Ces composés posent aussi problème pour l’environnement. En plus de menacer les espèces vivantes, les PFC sont de puissants gaz à effet de serre, plusieurs milliers de fois plus nocifs que le CO2. En concentration assez faible, leur impact reste néanmoins limité. Mais si nous continuons à les utiliser de manière intensive, leur accumulation dans l’atmosphère va s’accentuer et réchauffer petit à petit notre planète déjà suffocante…

Même cette eau à l’apparence pure de ce lac lapon renferme des PFC…

Malgré tout, ne paniquons pas ! Plusieurs marques innovent pour proposer des textiles imprégnés sans PFC. De plus, la libération de ces composés toxiques dans l’atmosphère se fait surtout au moment de l’imperméabilisation du tissu pendant la production. Le tissu fini contient des PFC en quantité très négligeable. Dormir sous une tente rendue imperméable par des PFC ne présente donc pas de risque réel pour la santé.

Ainsi, il serait contre-productif de jeter sa tente ou son manteau de ski par la fenêtre pour en acheter un nouveau à l’imperméabilisation plus écologique. Rappelons que l’achat le plus écologique reste celui que nous ne faisons pas !

Une toile de tente en tissu écoresponsable, mission impossible ?

Privilégier les matériaux recyclés

Les tissus de tente sont quasiment toujours faits à partir de dérivés de plastique. Ils restent à ce jour le meilleur compromis entre légèreté, solidité et durabilité. Afin de limiter l’utilisation de ressources neuves, qui plus est d’origine fossile, essayez d’être vigilant aux engagements de la marque vis-à-vis des matériaux recyclés.

Le polyester par exemple est un plastique qui se recycle relativement bien. Il permet donc de donner une seconde vie à de nombreux produits. Malheureusement, les tentes en polyester recyclé restent encore assez rares sur le marché.

Des formes et des toiles de tente pour tous les goûts !

Le PVC, à éviter absolument

Plastique solide et durable trouvé traditionnellement dans les tuyaux de plomberie, le PVC est parfois employé pour le tissu extérieur de certaines tentes. Malheureusement, il n’est pas sans effet néfaste pour la santé et l’environnement.

Pour la santé, ce sont les phtalates, des plastifiants utilisés pour traiter le PVC afin de le rendre plus souple et d’augmenter sa durée de vie, qui posent problème. Ils dégazent pendant l’utilisation du produit et sont soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens.

Pour la planète, le PVC est non recyclable car composé de trop de polymères différents, qui nécessiteraient une énergie très importante ainsi que beaucoup d’eau pour les séparer. De plus, sa production requiert l’emploi de métaux lourds et de substances toxiques.

Si le PVC est abandonné en décharge, les métaux lourds, plastifiants et composés toxiques migrent dans le sol et l’eau. La combustion de ce plastique rejette aussi des substances toxiques. Il est donc impossible de l’utiliser comme potentielle source d’énergie ou pour en faire du ciment. Le mieux est donc de s’assurer que sa future toile de tente ne contient pas de PVC.

C’est souvent ce genre de grande tente en dur qui contiennent du PVC

L’aluminium, parfait pour voyager léger mais polluant

Savez-vous comment est extrait ce métal brillant prisé par certaines marmottes pour l’emballage du chocolat ? L’aluminium est obtenu à partir de bauxite, un minerai trouvé dans le sol. Le souci, c’est qu’il se trouve souvent dans des zones de forêt tropicale. Pour l’obtenir, il faut donc déforester.

La bauxite est ensuite traitée chimiquement pour extraire le métal, procédé très énergivore et qui produit ce qui est appelé des « boues rouges” riches en fer. Ces rebus industriels contiennent de nombreux métaux lourds toxiques, qui vont ensuite polluer l’eau et mettre en danger les personnes vivant à proximité.

Très utilisé dans les produits du quotidien, l’aluminium est aussi assez apprécié de ceux qui préfèrent voyager léger, grâce à son poids plume. Il est notamment très employé pour les arceaux de tente ou les popotes de camping.

Ne serait-ce pas un spot de bivouac parfait ?

En plus de l’extraction de l’aluminium, les arceaux de tente subissent souvent un traitement supplémentaire pour augmenter leur durabilité : l’anodisation. Ce procédé est traditionnellement réalisé à l’aide de produits chimiques nocifs pour l’environnement, comme les acides nitriques et phosphoriques.

Pour une solution plus écoresponsable, DAC, un des principaux fournisseurs d’arceaux, propose une anodisation green. Celle-ci garantit une utilisation raisonnée de produits chimiques et une suppression des substances toxiques. Vérifiez si la tente qui vous fait de l’œil mentionne quelque chose à ce sujet avant de l’acheter.

Cela ne résout pas les problèmes liés à l’extraction du matériau, mais malheureusement, l’innovation semble encore à faire de ce côté-là. De plus, les tentes sans arceaux sont encore très rares, il est donc difficile de se passer de ces tiges métalliques pour le moment…

Des marques à privilégier pour une tente écologique

Avez-vous vraiment besoin d’une nouvelle tente ?

Comme avant tout achat, évaluez bien votre besoin. Si vous possédez déjà une tente qui vous convient, conservez-là ! Même si elle n’est pas éco-conçue, le mal est malheureusement déjà fait, au moment de la production. La meilleure chose qui vous reste à faire pour rendre le camping écoresponsable est de prendre soin de votre petite tente pour qu’elle vous accompagne aussi longtemps que possible ! Elle n’est peut-être pas parfaite mais elle vous offre un toit pour vos nuits d’aventure.

Pour voyager à vélo, mieux vaut avoir du matériel de camping léger

C’est ce que nous choisissons de faire pour le moment avec notre tente Quickhiker de Décathlon. Elle nous accompagne depuis notre road trip en Islande de 2017 et nous convient encore très bien pour nos aventures écoresponsables, comme notre voyage à vélo sur la Vélodyssée de l’été 2020 ou notre semaine sur la Véloscénie en mai 2021.

La tente de camping la plus écologique : celle achetée d’occasion

Si vous débutez le voyage outdoor (spoiler alert : vous allez adorer !) ou que vous le pratiquez de manière très occasionnelle, peut-être qu’une des tentes ci-dessous ne vous conviendra pas. Elles représentent en effet un investissement conséquent que vous n’aurez peut-être pas envie ou pas les moyens de faire. Produire dans de bonnes conditions sans trop délocaliser et avec des matériaux écologiques est en effet coûteux. Les marques répercutent donc leur engagement écoresponsable sur le prix final, d’où le budget de certaines de ces tentes.

Néanmoins, pas de panique, une tente encore plus écologique sera celle achetée d’occasion ! Pour en trouver une, le Bon Coin reste une référence. Décathlon propose également un site avec quelques produits ayant déjà servis.

Alors, tenté par un bivouac sur un lac gelé ?

3 marques pour du camping écoresponsable

Si vous ne le savez pas encore, vous allez vite vous en rendre compte. En voyage camping, votre tente devient comme votre petit chez-vous. C’est d’autant plus vrai lors d’une aventure au confort minimaliste comme le voyage à vélo. Après une journée à pédaler, vous vous sentirez tellement heureux de vous allonger dans votre tente le soir venu pour reposer votre corps fatigué par l’effort. Il est donc important de choisir une tente fonctionnelle, pas trop compliquée à monter, légère et dans laquelle vous vous sentirez bien. C’est le jackpot si en plus il s’agit d’une tente écologique !

Fjällräven

La marque suédoise Fjällräven propose des tentes sans PVC et imprégnées sans PFC. Avec plusieurs tailles et modèles, il y en a forcément une qui répondra à vos envies d’aventure ! Par contre, les tentes ne semblent pas être faites à partir de matériaux recyclés. De plus, le budget est conséquent. Mais c’est pour du long terme : la marque fournit un kit de réparation avec chaque tente.

  • Les + : sans PVC, sans PFC, avec kit de réparation.
  • Les – : chères, sans matériau recyclé, sans information sur l’anodisation de l’aluminium des arceaux.

Vaude

Toutes les tentes de la marque allemande Vaude sont sans PVC. La plupart sont imprégnées sans PFC, c’est la finition Eco-Finish qui le garantit. Si vous choisissez une tente labellisée Green Shape, c’est en plus la garantie d’arceaux de tente à l’anodisation écologique. Pour un voyage ultra-léger à 2, optez pour la tente Space Seamless, qui pèse moins de 1,6 kg ! Comme pour Fjällräven, c’est un budget mais aussi un achat durable. Vaude propose un service de réparation de ses produits.

  • Les + : toutes sans PVC, certaines sans PFC et avec des arceaux green, avec service de réparation.
  • Les – : chères, sans matériau recyclé.
Camping écoresponsable et cyclotourisme : l’équation parfaite

The North Face

La marque américaine The North Face a l’avantage de proposer une tente (le modèle Talus Eco) dont le tissu est 100 % en polyester recyclé, un procédé souvent polluant. De plus, la tente est beaucoup plus abordable financièrement que celles de Fjällräven ou Vaude. Par contre, avec ses 2,8 kg pour 2 personnes, elle sera peut-être un peu lourde pour du trekking, mais parfaite pour un voyage à vélo. Concernant les PFC, la marque est en transition pour s’en affranchir, ne donne pas d’information sur le traitement DWR du modèle Talus Eco.

  • Les + : polyester recyclé non teinté, abordable financièrement.
  • Les – : assez lourde, pas d’information sur les PFC ou sur l’anodisation des arceaux.

Qaou

Pour finir, la jeune marque française Qaou a imaginé une tente 2 personnes 100 % en polyester recyclé et sans teinture, dont les premiers modèle sont livrés en février 2021. L’anodisation de l’aluminium des arceaux est faite de manière écologique. Modulable, la tente Beluga peut prendre 6 formes différentes. Vous pouvez ainsi moduler le poids de votre tente en fonction de votre exigence de confort. Il est également possible de connecter 2 Beluga ensemble, parfait pour un voyage convivial ! Autre avantage, c’est la tente la moins chère des 3 marques citées précédemment (moins de 300 €). La marque ne précise par contre rien sur le procédé d’imperméabilisation.

  • Les + : polyester recyclé non teinté, anodisation écologique, abordable financièrement et légère
  • Les – : pas d’information sur les PFC
Alors, prêt à partir à l’aventure avec votre tente écologique ?

Vous avez maintenant quelques clés et quelques idées de marques pour vous procurer une tente écologique. Votre future maison itinérante n’attend que vous pour vivre de belles aventures ! Quelle marque vous tente le plus ? Racontez-nous en commentaires.

Pour planter votre nouvelle tente écologique, découvrez comment trouver un camping écoresponsable.