Train + vélo, n’est-ce pas une équation qui devrait avoir une réponse simple ? Transport à moteur plutôt éco-responsable, le train a tout pour plaire au cyclotouriste qui cherche à agrandir son périmètre de jeu. Pourtant, partir à l’autre bout de la France pour commencer son voyage à vélo est loin d’être trivial… Entre la galère du TGV, dans lequel il est souvent exigé de mettre son vélo dans une housse de transport, et l’espace vélo des TER pas toujours très pratique, il est mieux de savoir à quoi s’attendre pour éviter les mauvaises surprises. C’est sans parler des Intercités, Ouigo et des trains vers l’international comme l’Eurostar : chacun a ses propres règles pour mettre son vélo dans le train. Nous vous donnons quelques conseils et astuces pour prendre le train avec votre vélo à peu près sereinement.

Grâce au train, le voyageur à vélo peut profiter des paysages de la Vendée depuis toute la France
Pour profiter des beaux paysages de Vendée depuis toute la France, le train est bien pratique !

La politique de la SNCF avec les vélos dans le train

Règles de bases

«Puis-je prendre mon vélo dans le train ? » La réponse de la SNCF à cette question est en apparence plutôt claire et facile à comprendre.

  • sur TGV et Intercités, moyennant la réservation d’un emplacement et le paiement d’un billet de train pour vélo de 10 € par trajet, il est possible de prendre le train avec son vélo non démonté. Sinon, sans réservation, il est obligatoire de démonter son vélo et de le faire tenir dans une housse de transport de dimensions 120 cm x 90 cm maximum.

  • sur TER, il est mentionné au moment de la réservation sur OUI.sncf si le train dispose d’un espace vélo. Si c’est le cas, il est gratuit de prendre le TER avec son vélo, tout cela sans réservation et sans le démonter.

Néanmoins, ces règles générales restent la théorie. Dans la pratique, il y a quelques petites subtilités à bien prendre en compte et anticiper. Démonter un vélo et le porter avec ses bagages nécessite par exemple un peu d’entraînement préalable…

Puis-je prendre tout type de vélo dans le train ?

La réponse est malheureusement non. La SNCF n’accepte pas les tandems, vélos couchés et tricycles dans ses trains. Toutefois, sur certaines lignes de TER hors heures de pointe, en négociant avec le chef de gare, il est possible que vous puissiez voyager, mais sans garantie.

Pour les vélos à assistance électrique (VAE) standards, aucun problème pour les prendre avec vous. Il vous faudra juste un peu plus de force dans les bras qu’avec un vélo standard pour les suspendre aux crochets des espaces vélo.

Les autres vélos standards (VTT, VTC, gravel, vélo pliable, etc) peuvent être pris sans problème avec vous dans les trains.

Les deux vélos remontés après un voyage en train,
C'est parti pour l'aventure à vélo

Prendre le train avec son vélo sans le démonter

Démonter votre vélo, très peu pour vous ! Vous avez peur de l’endommager et vous préférez le garder en un seul morceau. Pas de soucis, vous verrez que vous pouvez quand même découvrir plein d’endroits sympas en France.

L’espace vélo des TGV et Intercités

Bonne nouvelle ! Les lignes Intercités et certaines lignes TGV acceptent les vélos non démontés. Moyennant le paiement et la réservation d’une place pour votre monture (10 € par trajet), vous n’aurez qu’à décrocher vos sacoches et embarquer dans le train. Nous avons testé cette solution très pratique en mai 2021 sur la ligne Paris-Saint Malo.

Pensez à réserver vos billets de train avec vélo à l’avance, les places vélo dans un TGV se comptent sur les doigts d’une main et peuvent partir vite surtout en haute saison ! C’est ainsi que, pendant l’été 2020, nous n’avons pas eu la chance de trouver un billet dans un train acceptant les vélos non démontés.

Découvrez notre voyage à vélo sur la Vélodyssée de Pornic à Bayonne

Pour trouver des trains disposant d’un espace vélo, rendez-vous sur le site OUI.sncf et cocher l’option “vélo non plié ou non démonté”. Vous n’aurez ainsi que les trains disposant d’espace vélo soumis à réservation. Les TER ne vous seront du coup pas proposés, les espaces vélo y étant gratuits et non soumis à réservation.

Écran de réservation de l'espace vélo sur le site de la SNCF

Toutes les lignes de TGV ne bénéficient malheureusement pas de ce Saint-Graal des trains avec espace vélo… Par exemple, pour faire Paris-Toulouse, vous serez obligés d’emprunter l’Intercités (prenez un bon livre, c’est presque 7 h de trajet) ou de prendre un TGV Paris-Bordeaux puis un Intercités Bordeaux-Toulouse. Si vous ne trouvez pas de solution pour votre voyage via le site, essayez de décomposer votre trajet en TER ou sortez votre plus belle clé Allen et investissez dans une housse.

Découvrez une carte des TGV, Intercités et TER longue distance acceptant les vélos non démontés (source : Vélotaf.com).

Petite précision supplémentaire, les Ouigo n’acceptent pas les vélos non démontés dans les trains. Vous devrez forcément le prendre démonté dans une housse et vous acquitter des frais de bagages optionnels de 5 €. Prendre un Ouifo avec son vélo n’est donc pas évident.

Un vélo dans l'espace vélo du TER sur la ligne Orléans-Paris
Soulever le vélo dans l'espace vélo des TER, un challenge physique à part entière

L’espace vélo dans les TER

Les TER ne sont peut-être pas très rapides mais ont l’avantage de faciliter un peu la vie du cycliste ! La plupart bénéficient d’un wagon avec un espace vélo (indiqué par un pictogramme sur la porte). Si vous réservez sur le site de OUI.sncf, attention à ne pas mentionner que vous emportez un vélo, sinon la plateforme ne vous proposera pas les TER, dans lesquels les espaces vélo ne sont pas soumis à réservation.

Il vous faudra tout de même avoir assez de force pour embarquer votre vélo dans le train. Certaines marches (comme sur la ligne Paris-Orléans) sont impressionnantes ! J’ai dû retirer mes sacoches pour être capable de soulever mon vélo et le hisser dans le train. Ensuite, ce n’est pas encore le moment de vous reposer, il vous faudra porter votre vélo au-dessus de votre tête pour l’accrocher à l’un des crochets du plafond. Prendre le train avec son vélo sans le démonter se mérite !

Sur certaines lignes (Paris – Chartres – Le Mans par exemple), les crochets vélos se trouvent au-dessus de strapontins. Pour peu que le train soit un peu fréquenté, des gens se trouveront donc assis sous les places vélos… Bien dommage… Il ne vous reste plus qu’à trouver une petite place dans l’allée sans trop gêner le passage.

Les meilleurs amis du cyclotouriste restent tout de même les TER des Pays de la Loire sur la Loire à vélo. Vous pouvez transporter votre vélo en position horizontale ! Pas besoin de soulever de la fonte toutes les semaines à la salle pour prendre le train avec son vélo. De plus chaque train dispose toute l’année de maximum 33 places et la capacité monte parfois jusqu’à plus de 80 en juillet-août. Pas de risque de ne pas trouver une petite place pour son vélo !

L'espace vélo des TER de la Loire à vélo
Les TER de la Loire à vélo, les meilleurs amis du cyclovoyageur

Prendre son vélo dans les Transilien et les RER

Enfin, si vous passez à Paris, sachez que les vélos sont autorisés dans tous les RER et Transilien en dehors des heures de pointe (c’est-à-dire la semaine entre 6h30 et 9h30, 16h30 et 19h30). Attention à placer vos montures dans la voiture vélo du train prévue à cet effet, sans quoi les contrôleurs pourront vous mettre une amende. C’est une mésaventure qui a failli nous arriver.

Découvrez 2 idées de micro aventures à vélo autour de Paris.

Prendre le train avec son vélo, toujours possible à condition de le démonter
C'est parti pour un démontage de vélo à la gare Montparnasse avant d'embarquer dans le TGV

Prendre le train avec son vélo démonté

Quand le voyageur à vélo se transforme en mécanicien ambulant de gare, c’est sûrement qu’il cherche à prendre le TGV avec son vélo ! C’est une solution bien pratique pour éviter de faire 5 changements de TER et de perdre une journée complète sur le réseau ferroviaire, mais elle demande un peu de logistique. La bonne nouvelle c’est que, dans cette configuration, il est toujours possible de prendre le train avec son vélo… La mauvaise nouvelle, c’est que démonter son vélo pour le faire voyager n’est pas si trivial que cela… Nous vous donnons quelques astuces éprouvées pour anticiper les problèmes et rendre l’expérience un peu plus facile.

Choisir une housse de vélo pour le train

Il vous faudra déjà choisir la housse de transport adaptée ! Mais attention, votre plus grosse contrainte, en tant que voyageur à vélo, sera d’en choisir une que vous pourrez transporter sur votre monture pendant votre périple. Pensez donc à la prendre légère ! La dimension de la housse de vélo pour la SNCF ne dot pas excéder 120 x 90 cm.

Les vélos demontés et rangés dans leur housse de transport, direction le TGV
Vélos empaquetés, direction le TGV

Avec toutes ces contraintes, le choix est assez limité… Nous avons opté pour cette housse de vélo compatible train Décathlon. C’est un achat que nous avons dû faire un peu en urgence et dont nous ne sommes pas forcément très fiers. Nous n’avons pas d’alternative très éco-responsable pour une housse de transport de vélo dans le train rentrant dans les critères de poids et de compacité. Pour rendre votre achat un peu plus durable, essayez de voir si vous ne pouvez pas l’acheter en occasion sur le Bon Coin. Nous en avons trouvé une par ce biais.

Porter un vélo rangé dans une housse n'est pas une tâche facile
Un peu encombrant et lourd le sac à mains avec son vélo dedans !

Concernant la housse en elle-même, elle remplit son rôle sans être incroyable. Vous noterez peut-être qu’elle fait 135 cm de long et non 120 cm. Elle est néanmoins très souple et peut être un peu compactée si besoin. De plus, aucun agent SNCF ne vous poursuit avec un mètre pour vérifier les dimensions exactes. Si votre vélo est rangé dans une housse qui semble être à peu près de la bonne taille, personne ne vous embête.

La housse de transport pèse 2.5 kg et se range dans un petit sac de 38 x 33 cm. Une fois repliée, nous la fixons donc avec de la ficelle sur le porte-bagages avant d’un de nos vélos ou la sanglons directement sur le porte-bagages arrière si nous voyageons sans la tente. Ces 2 petites housses ajoutent tout de même 5 kg au chargement de nos vélos, ce qui est loin d’être négligeable. C’est un facteur à prendre en compte si vous choisissez cette solution pour votre voyage.

La housse peut tout de même avoir son utilité pendant le voyage. Nous l’avons par exemple utilisée comme bâche de pique-nique pendant tout notre trajet sur la Vélodyssée. La débrouillardise n’est-elle pas la qualité principale du cyclovoyageur ?

Comme alternative à Décathlon, la housse de transport Buds TrainBag pèse 500 g de moins et mesure exactement les dimensions demandées par la SNCF.

Attention, si vous avez un grand VTC ou VTT avec des roues 28 pouces, il est aussi possible qu’il ne rentre pas dans la housse. N’oubliez donc pas de tester avant le grand départ si votre monture n’est pas trop grande pour le sac !

Direction la gare de la Rochelle pour le train retour de la Vélodyssée
Direction la gare de la Rochelle après notre aventure sur la Vélodyssée

Démonter son vélo en pratique

Venons-en à la partie drôle et technique, le démontage du vélo ! Ne vous lancez pas dans le désassemblage complet de votre fidèle destrier et gardez bien en tête l’objectif suivant : protéger les parties fragiles du vélo (dérailleur, chaîne, etc.), tout en démontant un minimum de pièces pour faire tenir le vélo dans le sac. Voici chacune des étapes de démontage de nos vélos, des VTT 26 pouces équipés de porte-bagages avant et arrière. Ceci est bien sûr un exemple et variera grandement en fonction de votre modèle personnel.

  • Démonter les pédales, puis les revisser dans le mauvais sens (pédale vers le cadre).

  • Démonter le porte-bagages arrière et le garde-boue afin de respecter la longueur de 120 cm.

  • Baisser la selle.

  • Démonter les deux roues

  • Dévisser le dérailleur et le fixer solidement au cadre avec de la ficelle (pour ne pas qu’il prenne des coups pendant le transport).

  • Fixer les deux roues de part et d’autre du vélo avec de la ficelle de façon à ce qu’elles protègent le groupe. Essayer de faire un ensemble stable pour que le vélo puisse reposer sur les deux roues une fois à l’intérieur du sac.

  • Desserrer la béquille pour l’aligner le long du cadre

  • Démonter le guidon et éventuellement la potence si le vélo est grand (nous avons dû le faire pour celui de Jérémy) : la hauteur totale ne doit pas dépasser 90 cm.

  • Faire un unique ensemble avec les pièces du vélo, en fixant les parties démontées au cadre avec de la ficelle si besoin. Mettre le tout dans le sac en s’assurant bien qu’aucune pièce ne frottera contre une autre pendant le transport.

Bien fixer les roues pour protéger les parties fragiles du vélo
Fixer les roues afin que le groupe soit bien protégé, une des étapes les plus importantes du démontage du vélo

Notre petite astuce pour ne pas perdre de vis ou d’écrou est de les revisser dans leur pas de vis au fur et à mesure du démontage du vélo. N’hésitez pas non plus à prendre quelques photos si vous avez peur d’oublier comment remonter le vélo après le voyage. Enfin, nous conseillons très fortement de vous entraîner à démonter votre vélo une fois avant le départ tranquillement chez vous. Ceci permet de vous assurer d’avoir tous les bons outils à disposition et d’éviter de découvrir des pièces grippées par exemple, avec le stress de l’horaire de départ qui approche…

Un vélo démonté dans sa housse de transport
Un de nos vélos dans sa housse de transport

Prendre sa housse de vélo dans le TGV, un challenge sportif

Voilà, votre vélo est tout prêt, tout beau dans sa housse, c’est une belle étape. Mais maintenant, il faut le transporter à la main jusqu’à sa place dans le train et en plus, avec toutes ses sacoches (il ne faut pas les oublier non plus celles-là !).

C’est la partie la plus difficile et celle sur laquelle il faut minimiser à tout prix la distance à parcourir… Simplement remonter le long du quai du TGV jusqu’à son wagon, Jérémy chargé des deux vélos dans leurs housses, un sur chaque épaule, et moi manœuvrant toutes les sacoches tant bien que mal, est un challenge sportif à part entière ! Pédaler 90 km sous la pluie vous paraîtra presque une promenade de santé après cette aventure.

Prendre le train avec son vélo démonté, c'est devoir le remonter à la gare d'arrivée
C'est parti pour le remontage du vélo en gare de Bayonne avant de s'élancer sur la Vélodyssée

Le conseil principal que nous pouvons donner, c’est de démonter le vélo au dernier moment, dans la gare de départ. Cela nécessite de connaître le temps de maintenance nécessaire pour mettre le vélo dans sa housse et de ne pas avoir peur des regards curieux autour, mais c’est très faisable. Même à la gare Montparnasse au mois de juillet, nous n’avons pas eu de problème pour nous trouver un coin tranquille pour jouer les bricoleurs de vélos. Pour démonter nos deux vélos, tout mettre dans les sacs et traîner le tout jusqu’au train, nous comptons une arrivée à la gare 1h30 avant le départ.

Si vous voyagez en solo, n’hésitez pas non plus à demander de l’aide autour de vous pour monter toutes vos affaires dans le TGV. Les gens sont en général gentils et personnellement, sans Jérémy, j’aurais été incapable de transporter mon vélo dans sa housse et mes 2 sacoches toute seule…

Pourtant, ça ne m’a pas empêchée de partir en solo ! Découvrez mon itinéraire autour des châteaux de la Loire en vélo, mais sans atelier démontage !

Les vélos remontés devant la gare de Bayonne, cap sur la Vélodyssée
Une fois les vélos remontés, c'est le vrai début du voyage à vélo !

Que faire de ses bagages pendant son voyage en train ?

Vous voyagez avec des sacoches

Dans ce cas-là, c’est facile, vous avez juste à retirer les sacoches et autres effets personnels de vos porte-bagages puis à les mettre dans les espaces valises prévus à cet effet ou à les garder à votre place.

Vous voyagez avec une remorque

Malheureusement pour les personnes voyageant avec des remorques, ces dernières ne sont pas autorisées dans les trains de la SNCF. Vous pouvez éventuellement tenter votre chance sur des lignes de TER en vous rendant à l’avance en gare et en négociant avec les contrôleurs. Si vous voyagez en dehors des heures de pointe et que le personnel est compréhensif, il est probable que vous puissiez prendre votre convoi vélo et remorque dans le train.

Et en Europe ?

Nous n’avons pour le moment testé que les joies du train en France avec nos vélos. Voici tout de même une petite synthèse concernant les autres trains circulant en France à destination de l’international.

Vélo dans l’Eurostar

Pour les trajets Paris-Londres et Lille-Londres, moyennant financement (autour de 30 € tout de même) et réservation préalable, il est possible d’amener son vélo dans l’Eurostar. Il semble qu’en 2015, l’entreprise ferroviaire ait fait machine arrière et demande maintenant de démonter une partie de son vélo avant de l’embarquer. Les outils nécessaires pour le faire seraient néanmoins disponibles au service bagages de la gare. Attention, depuis la crise Covid, les vélos mesurant plus de 85 cm de longueur sont interdits à bord, même en housse…

Thalys et vélo

Pour emporter son vélo dans le Thalys, à destination de Bruxelles ou Amsterdam, c’est possible, sous réserve de démonter son vélo et de le ranger dans une housse de dimensions maximum 135 x 85 x 30 cm.

Lyria

Les trains vers la Suisse ne semblent pas non plus aider les cyclovoyageurs… Les places vélo qui existaient auparavant ont disparu depuis 2018. Les utilisateurs peuvent toujours prendre le train avec leur vélo, sous réserve, encore une fois, de le démonter au préalable.

Les autres trains vers l’Europe

Pour les autres trains vers l’Allemagne, l’Espagne ou l’Italie, en testant la réservation avec vélo non démonté via le site OUI.sncf, il semble qu’il ne soit également pas possible d’embarquer son vélo en un morceau vers l’international… Si vous avez des informations à ce sujet ou de l’expérience avec les trains vers l’Europe, n’hésitez pas à les partager en commentaires.

Panorama de la Vélodyssée, facilement accessible grâce au réseau ferroviaire en France
Profiter des jolis panoramas de la côte à vélo en France, une joie facilitée par le réseau ferroviaire

Voilà, nous espérons ne pas vous avoir trop fait peur de prendre le train avec votre vélo ! Avec un peu d’organisation, c’est complètement faisable. Même si nos expériences personnelles ont été un peu fatigantes, nous et nos vélos sommes toujours bien arrivés à destination et sans encombre.

Partagez votre expérience personnelle du vélo dans le train en commentaires, nous serons ravis de la lire ! De plus, elle pourrait être une aide précieuse pour les autres voyageurs.

Prendre le train avec son vélo