C’est lors d’un week-end ensoleillé de septembre 2019 que nous décidons d’aller explorer les bords de Loire à vélo. Au programme, 90 km à pédaler d’Angers à Nantes en deux jours. Une belle découverte du cyclotourisme sur l’EuroVelo 6 dans des conditions parfaites et une première expérience réussie de cette façon de voyager à vélo plus lente, plus respectueuse de l’environnement. Nous espérons que le récit de notre week-end vous donnera aussi l’envie de tenter l’expérience du cyclotourisme.

Premier jour sur la Loire à vélo entre Angers et Ancenis : entre châteaux, fleuve asséché et végétation luxuriante

Château d'Angers vu depuis le parc de Balzac
Le château d'Angers et ses imposantes fortifications depuis le parc de Balzac

Angers et les rives de Maine

C’est au magasin de location de vélos Détours de Loire à Angers que commence notre aventure. Après avoir rempli nos sacoches et enfourché nos bécanes, nous nous lançons à l’assaut de la ville. Notre premier arrêt sur la promenade Jean Turc nous permet d’admirer le château d’Angers et ses impressionnantes fortifications.

Nous traversons ensuite la Maine pour longer le parc de Balzac puis le lac de Maine. Le château s’éloigne petit à petit et, en à peine 15 minutes à vélo, nous voilà déjà en pleine nature, à pédaler au milieu de la forêt, entourés d’eau ! Une expérience de voyage qui nous plaît déjà !

La pierre Bécherelle : un surprenant monolithe rocheux sur les bords de Loire

Nous continuons sur des petits chemins jusqu’au quai de la Noé à Bouchemaine, endroit sympathique pour faire une petite pause au bord de l’eau. Puis nous arrivons au confluent Maine-Loire, et commençons à longer les bords de Loire. Le chemin est assez sauvage à cet endroit-là, avec de très jolis panoramas sur la Loire, en particulier à proximité de la pierre Bécherelle. Ce monolithe rocheux, à la forme singulière, servait aux XVème et XVIème siècle de péage aux bateaux remontant la Loire. Plus imposant à l’époque, il fut amputé d’une grosse partie pendant la construction de la ligne de trains Orléans-Nantes au XIXème siècle.

Nous quittons ce chemin un peu sauvage en parcourant les petites rues du village de Savennières, sa charmante église baignée de Soleil nous indiquant que l’après-midi commence déjà à être bien avancée.

Chemin dans la forêt au bord du lac de Maine à Angers
En pleine nature à quelques encablures d'Angers
La pierre Bécherelle sur l'itinéraire de la Loire à vélo
La pierre Bécherelle, ou ce qu'il en reste depuis la construction de la ligne de chemins de fer Orléans-Nantes
Paysage de l'île de Chalonnes
Un joli aperçu du fleuve sur l'itinéraire de la Loire à vélo sur l'île de Chalonnes

Première traversée de la Loire et île de Chalonnes

Après un petit passage sur une route secondaire, nous traversons notre premier pont au dessus de la Loire ! Le niveau d’eau très bas du fleuve est assez inattendu pour nous, même si ce n’est peut-être pas si surprenant en cette fin d’été. L’itinéraire de la Loire à vélo nous amène par la suite sur l’île de Chalonnes, une île calme et paisible en ce samedi après-midi de septembre. Quelques petites maisons, beaucoup de verdure et de jolis points de vue sur l’eau sont la recette parfaite d’une superbe balade. Nous avons beaucoup aimé cette partie de l’itinéraire.

De Montjean-sur-Loire à Ingrandes : passage sur la rive sud de la Loire

Après l’île de Chalonnes, c’est sur la rive sud, à Montjean-sur-Loire, que la Loire à vélo se poursuit. Le petit pont que nous traversons pour nous y rendre est charmant, la Loire s’écoulant paisiblement à nos pieds et les vieilles bâtisses de la ville se rapprochant à chaque coup de pédale…

Au delà de Montjean-sur-Loire, la route de la Loire à vélo nous permet d’admirer longuement les eaux paisibles du fleuve, au débit plus important sur ce tronçon-là. Malgré de très beaux panoramas sur la Loire, cette partie de l’itinéraire sur une route départementale assez fréquentée nous a un peu moins séduits. Nous sommes plus adeptes des petits chemins caillouteux en pleine nature. Avant de traverser la Loire pour aller à Ingrandes, nous reposons nos jambes fatiguées sur une plage aménagée. Le peu d’eau à cet endroit-là rend l’étendue de sable impressionnante, le pont surplombant le fleuve semblant là pour éviter la traversée d’un désert de sable !

Vue depuis le pont de l'île de Chalonnes menant à Montjean-sur-Loire
Sur le pont menant à Montjean-sur-Loire
Pont au-dessus de la Loire à Ingrandes
Le pont au-dessus de la Loire à Ingrandes, surplombant une impressionnante étendue de sable

D’Ingrandes à Ancenis par la rive nord de la Loire

L’itinéraire de la Loire à vélo propose deux bifurcations à cet endroit-là pour rejoindre Ancenis : l’EuroVélo 6 qui continue sur la rive sud et une alternative qui passe sur la rive nord. Nous décidons d’emprunter la rive nord, le chemin semblant être plus proche des bords de Loire.

Un des aspects que nous n’avions pas anticipé à ce moment-là est la proximité avec la voie ferrée. Le sentier de la rive nord longe en effet pendant une bonne partie de l’itinéraire le chemin de fer. La balade reste tout de même très charmante, entourée de végétation et avec de beaux points de vue sur le fleuve, très asséché sur ce tronçon. La dernière partie jusqu’à Ancenis a été assez compliquée pour nous. Le chemin s’éloigne de la Loire pour se rapprocher des rails de trains et la fatigue des 60 kilomètres à vélo commence à se faire bien ressentir…

Une soirée à Ancenis

Après avoir monté la tente au camping de l’île Mouchet à Ancenis, nous reprenons nos vélos (le poids des sacoches en moins !) pour aller dans le centre-ville. Le château d’Ancenis a une jolie architecture et la cour intérieure du château offre de très beaux points de vue sur la Loire et le pont suspendu d’Ancenis, en particulier avec les très belles lumières du Soleil couchant. Notre superbe soirée d’été s’achève par un dîner sur la terrasse de la crêperie Ti Krampouezh, un bon réconfort après l’effort de la journée !

Château d'Ancenis en fin de journée
Le château d'Ancenis baigné de la superbe lumière du Soleil couchant
Pont suspendu d'Ancenis au coucher de Soleil
Le majestueux pont suspendu d'Ancenis à la fin d'une journée ensoleillée

Notre itinéraire sur la Loire à vélo d’Angers à Ancenis

Second jour sur la Loire à vélo : des bords de Loire champêtres au cœur de Nantes

D’Ancenis à Oudon sur la rive nord de la Loire

Après une nuit compliquée sous la tente à cause d’une ambiance un peu trop festive dans le camping, nous remontons sur nos vélos et continuons notre chemin vers Nantes. Nous ne rattrapons pas de suite l’EuroVélo 6 qui passe juste au nord du camping mais décidons d’emprunter le sentier au sud du camping, sur les bords de Loire. Un peu plus caillouteux et moins adapté pour les cyclistes, il reste néanmoins assez praticable.

Profiter du calme des eaux de la Loire au petit matin, uniquement perturbé par le gazouillement des oiseaux et les bruits de pas des marcheurs du dimanche matin, est une expérience incroyable… Si nous n’avions qu’un conseil à donner, ce serait « levez-vous tôt ». L’ambiance avec la lumière matinale et l’eau d’un calme olympien sont juste magiques. C’est une impression que nous ressentons rarement dans nos road trips habituels, pendant lesquels la journée commence souvent par un bout de trajet en voiture.

Bords de Loire à Ancenis
Une ambiance matinale magique de fin d'été sur les bords de Loire à Ancenis

Nous rattrapons finalement l’itinéraire de la Loire à vélo. Ce n’est pas le meilleur tronçon du parcours, le chemin ne tarde pas à longer de nouveau la voie ferrée, comme la veille avant d’atteindre Ancenis. C’est une fois à Oudon que nous posons pied à terre, le temps de faire quelques courses et d’admirer la tour de la ville. Il s’agit de l’emblème de la commune, vestige d’un château médiéval. Nous apercevons aussi le joli clocher de l’église Saint-Martin.

Tour d'Oudon depuis l'itinéraire de la Loire à vélo
La tour médiévale d'Oudon
Eglise Saint-Martin d'Oudon depuis l'itinéraire de la Loire à vélo
Le clocher de l'église Saint-Martin à Oudon

D’Oudon à Mauves-sur-Loire, la Loire à vélo au milieu des champs

Après Oudon, le chemin nous fait traverser la Loire sur un magnifique pont. Le fleuve est impressionnant à cet endroit-là, très large et imposant ! Attention aux voitures qui roulent assez vite…

En descendant du pont, nous nous arrêtons à côté du Moulin pendu à Champtoceaux. Edifice du XIIIème siècle, il s’agit du dernier moulin à eau de la Loire. Nous avons beaucoup aimé faire une petite pause à cet endroit-là, c’est très paisible au bord de l’eau. Non loin de là, pour ceux souhaitant se rapprocher encore plus de la Loire, un bateau part en balade sur le fleuve et il est également possible de louer des kayaks.

L’itinéraire de la Loire à vélo s’enfonce ensuite dans les terres sur la rive sud. C’est une partie de chemin assez surprenante, au milieu des champs, avec des traversées de petits hameaux et quelques aperçus sur des petits bras de Loire par moments. Une très belle balade à vélo dans un cadre champêtre.

La Loire à vélo à Champtoceaux
La Loire, imposante mais paisible, à proximité du Moulin pendu à Champtoceaux
Les pieds dans la Loire au bord de l'itinéraire de la Loire à vélo
A proximité de Nantes, la végétation se densifie mais la Loire n'est jamais loin

De Mauves-sur-Loire à Nantes : une rive Nord très verte à proximité de la ville

L’EuroVelo 6 nous fait traverser une dernière fois la Loire pour rejoindre la rive nord et Mauves-sur-Loire. Nous quittons partiellement les paysages agricoles pour nous rapprocher des bords de Loire. Un chemin de petits graviers traverse joliment cette région loin du tumulte de la vie urbaine. Une petite zone avec quelques bancs et tables de pique-nique en bord de fleuve nous invite à une pause déjeuner contemplative sous le Soleil. Une belle manière de prendre son temps et de profiter de la vie… Le chemin s’enfonce ensuite dans la forêt, nous offrant une ombre bienvenue. Quelques trouées dans la végétation nous permettent d’admirer le fleuve, fidèle à son poste à nos côtés.

La grande ville se rapproche petit à petit et commence à se faire sentir, les personnes croisées et les habitations sont plus nombreuses. La forêt s’éclaircit puis nous l’apercevons : le bout de l’île de Nantes. Une balustrade nous sépare maintenant du fleuve, mettant une distance entre nous et le cours d’eau qui nous a semblé si familier ces deux derniers jours. Comme la fin d’un rêve et le retour à la réalité…

Arrivée à Nantes sur l'EuroVélo 6
Arrivée à Nantes sur l'itinéraire de la Loire à vélo

Une après-midi à Nantes à vélo

Après notre arrivée à Nantes en milieu d’après-midi, nous prenons le chemin de l’ouest de l’île de Nantes, pour voir le nouveau quartier des anciens chantiers navals, qui se réaménage petit à petit. Incontournable de la balade, les fameuses Machines de l’île, ces grands animaux rendus vivants par de savants stratagèmes mécaniques. Nous n’avons pas visité la galerie des machines, dont l’entrée est payante, ne pouvant abandonner nos sacoches et nos vélos.

Le Grand Éléphant des machines de l'île à Nantes en marche
La marche du Grand Éléphant, en train d'arroser la foule avec sa trompe

Nous avons tout de même été voir le Grand Éléphant, dans lequel il est possible de faire une promenade autour de la galerie. Après avoir chargé les voyageurs, le grand animal de métal se met en mouvement et le spectacle vaut le détour ! Sa tête tourne, ses paupières s’ouvrent et se referment, ses pattes se mouvent de manière très réalistes et sa trompe arrose même la foule alentours. Une savante ingénierie mécanique à l’œuvre.

A côté se trouve le carrousel des mondes marins, un grand manège qui semble tout droit sorti des romans de Jules Verne ! Nous avons profité de la contemplation de la marche du Grand Elephant pour nous offrir un petit sorbet bien mérité à la Fraiseraie, le fameux glacier de Pornic. Mention spéciale pour leur délicieux sorbet fraise basilic, mais vous pouvez y aller les yeux fermés, tous leurs parfums sont délicieux !

Nous continuons la promenade à vélo sur l’île de Nantes. La rive ouest est plutôt sympathique, avec plein de restaurants et bars branchés. Par contre, la rive sud est encore en pleine rénovation, c’est à cet endroit-là que nous réalisons que nous sommes sur un ancien chantier naval.

Grue jaune sur l'île de Nantes
Le quartier de l'ancien chantier naval sur l'île de Nantes

Nous remontons ensuite vers le nord de la ville jusqu’à l’île de Versailles, un petit poumon vert sur l’Erdre au nord du centre-ville. Trop prisé en ce dimanche ensoleillé, l’endroit reste néanmoins sympathique. Il y règne une belle ambiance de temple japonais que les concepteurs du parc ont bien su recréer.

L'Erdre vue depuis le pont de l'île de Versailles à Nantes
Jolie vue sur l'Erdre sur le pont menant à l'île de Versailles

Notre visite de Nantes se termine au centre-ville par un bref passage à proximité du château des ducs de Bretagne, bâtisse imposante en plein cœur de la ville. Nous n’explorons pas beaucoup le centre-ville, composé de nombreuses petites rues pavées, assez peu praticables à vélo. Le reste de Nantes se parcourt très bien en petite reine, de nombreuses pistes cyclables sont aménagées dans toute la ville, avec des voies réservées souvent aussi larges que les routes pour les voitures !

Ce week-end ensoleillé sur la Loire à vélo s’achève au bord du canal Saint Félix, au magasin Détours de Loire de la ville, qui se trouve directement sur une péniche sur l’eau. Pour notre plus grand plaisir, sur la même péniche, se trouve un petit bar, « La drôle de barge », avec une superbe terrasse au Soleil, de quoi finir en apothéose ce week-end, une bière à la main, et patienter en attendant le TGV devant nous ramener à Paris.

Pour aller découvrir une autre partie de la Loire à vélo, d’Orléans à Saumur au pays des châteaux de la Loire, c’est par ici.

Notre itinéraire sur la Loire à vélo d’Ancenis à Nantes