C’est sous un grand ciel majoritairement bleu que nous achevons ce road trip islandais, d’abord par l’exploration de la péninsule de Snæsfellsnes, cette langue de terre à l’Ouest du pays. Nous y avons découvert de très beaux paysages d’une grande variété : glacier, côte de roches noires déchiquetées, montagne emblématique et maisons colorées. Un concentré d’Islande très riche et qui vaut le détour ! La capitale du pays, quant à elle, est à l’image du reste de l’île : calme et paisible. Des petites maisons de quartiers résidentiels aux rues commerçantes, le stress ne semble pas être le quotidien des habitants de Reykjavik.

Canyon de Rauðfeldsgjá, au contact de la roche islandaise

Emplis d’une motivation inspirée par la découverte d’un grand ciel bleu à notre réveil, nous commençons l’exploration de la péninsule de Snæfellsnes par la rive sud. La route offre par endroits une vue magnifique sur le glacier Snæfellsjökull, sur lequel quelques nuages des jours précédents semblent encore s’accrocher.

Nous nous arrêtons d’abord au canyon de Rauðfeldsgjá : il s’agit d’un canyon très étroit dans lequel seulement quelques personnes peuvent se faufiler en même temps. Rien à voir avec les immenses canyons des jours précédents, ici c’est un mince filet d’eau qui s’écoule et il faut crapahuter au milieu des rochers pour s’aventurer dans le canyon. Une expérience au plus près de la roche islandaise ! Nous ne nous sommes pas avancés très loin dans la remontée de la rivière, si vous souhaitez le faire, il faudra accepter de vous mouiller et d’escalader des rochers très humides. A faire prudemment donc.

Le canyon n’a pas été pour nous l’attraction principale de l’endroit, c’est plutôt le splendide panorama à la sortie du canyon, légèrement en surplomb du parking, qui vaut le détour. De belles montagnes encadrent l’arrière-plan du paysage, la route serpente joliment et une plage singulière attire le regard. Contrairement aux autres plages vues jusqu’à présent, le sable n’y est pas complètement noir, mais prend des teintes de plus en plus dorées à proximité de l’eau. Encore un magnifique paysage islandais digne d’une carte postale !

Canyon de Rauðfeldsgjá
L'étroit canyon de Rauðfeldsgjá
Plage de sable doré sur la péninsule de Snaefellsnes
Magnifique vue sur une plage de sable doré depuis le chemin menant au canyon
La statue de Bárðr, gardien de Snæfell
Bárðr, le gardien de Snæfell

Anarstapi, un petit air de Normandie sur fond de roche volcanique

L’exploration de la péninsule continue : stop suivant à Anarstapi où nous sommes accueillis par une sculpture de troll assez imposante et originale. La statue représente Bárðr, le personnage principale d’une saga islandaise datée du quatorzième siècle se déroulant à Snæfellsnes. Sa grande carrure s’explique par ses origines, il est le fils d’une mère humaine et d’un père mi-troll mi-géant. Bárðr est réputé pour être l’esprit gardien de Snæfell, la montagne sur laquelle trône le glacier de la péninsule. Avis aux amateurs de saga islandaise, qui pourront découvrir le cadre de ces histoires ancestrales…

Passés cet étrange personnage, une balade d’une demi-heure environ le long de la côté nous permet d’admirer de superbes points de vue sur des falaises évoquant Etretat, en beaucoup plus sombre. La roche volcanique, les orgues basaltiques et le sable noir en contrebas nous rappellent néanmoins que nous ne sommes pas en Normandie, mais bien sur une île marquée par l’activité volcanique. Nous recommandons cette très belle marche !

Falaises d'Anarstapi
Les très belles falaises d'Anarstapi sur la péninsule de Snæfellsnes
Orgues basaltiques des falaises d'Anarstapi
Falaises d'orgues basaltiques et leur plage d'un noir profond

Londrangar, deux rochers singuliers au bout de la péninsule de Snæfellsnes

Non loin de là, nous nous arrêtons à Londrangar. Nous sommes quasiment au bout de la péninsule de Snæfellsnes et la côte semble de plus en plus déchiquetée à cet endroit-là. Les falaises d’orgues basaltiques sont toujours présentes, mais le sable des plages vues précédemment est ici remplacé par une roche noire d’un noir de jais, vestige probable de la dernière coulée volcanique de la région. Une promenade le long de la côte permet de contempler ce paysage improbable.

En marchant, nous nous approchons également de deux rochers aux formes très singulières… L’un ressemble beaucoup à un nain avec un chapeau pointu et un gros nez rond. L’autre évoque un lapin contemplant l’horizon… Le nom Londrangar désigne d’ailleurs ces deux rochers, monticules de basaltes taillés par l’érosion. La nature semble avoir un sens de l’humour original. Ou est-ce plutôt nous qui avons une imagination débordante ?

Côte déchiquetée vers Londrangar
La côte déchiquetée vers Londrangar
Rochers Londrangar
Les formes singulières de Londrangar

Djupalonssandur, petit air apocalyptique sur péninsule de Snæfellsnes

Un peu plus loin sur la route, nous faisons un crochet par Djupalonssandur, grande plage de galets noirs qui semble couper net les falaises que nous avons observées précédemment. Les couleurs sombres du sable et des roches encadrant la plage ainsi que les quelques morceaux d’épaves de bâteaux rouillées donnent une atmosphère légèrement apocalyptique, impression renforcée par les nuages qui ont commencé à couvrir le ciel. La plage était en effet dans le passé un port de pêche important.

Autre attraction singulière : plusieurs rochers de tailles différentes posés sur la plage illustrent la méthode permettant historiquement de juger l’aptitude d’un homme à travailler sur un bateau de pêche. La plus petite pierre donnant le titre de « minable » à celui qui réussit à la soulever fait tout de même plus de 20kg. Si vous êtes capable de soulever la seconde pierre de 54 kg, vous recevez l’appellation bien nommée « demi-portion » et pouvez prétendre au poste de marin sur un bâteau de pêche…

Plage de Djupalonssandur
La plage de Djupalonssandur au bout de la péninsule de Snæfellsnes

Svödufoss, cascade sur fond de glacier

Parce-qu’une journée sans cascade n’est pas une vraie journée en Islande, nous nous arrêtons à Svödufoss. Après une courte marche, nous découvrons une cascade au cadre splendide. L’eau chute au cœur d’une enclave d’orgues basaltiques avec le glacier Snæfellsjökull discernable en arrière-plan malgré la couche de nuages qui s’accroche à son sommet.

Cascade Svödufoss
Le cadre splendide de la cascade Svödufoss avec le glacier de la péninsule de Snæfellsnes en arrière-plan

Kirkjufell, montagne emblématique

En continuant l’exploration du nord de la péninsule de Snæfellsnes, nous passons à côté de la célèbre montagne Kirkjufell, celle qui est toujours mise en avant sur les publicités de voyage en Islande. Il est vrai qu’elle a une forme assez singulière et un environnement atypique, se dressant seule sur une petite péninsule entourée d’eau.

Elle a aussi beaucoup de succès, il suffit de voir le nombres de voitures, vans et camping-cars en tout genre garés au bord de la route, et la petite troupe pointant leurs appareils photos dans sa direction. En comparaison, la cascade Svödufoss paraît vraiment déserte et pourtant, nous l’avons trouvé plus intéressante. Pour nous, Kirkjufell n’est clairement pas l’attraction principale du pays et même de la péninsule de Snæfellsnes. Néanmoins, si vous passez sur cette portion de la route 54, vous ne pourrez pas la manquer.

Kirkjufell
Kirkjufell, montagne célèbre de la péninsule de Snæfellsnes et sa forme singulière

Stykkisholmur, charmant petit archipel

Dernière visite sur la péninsule de Snæfellsnes, le charmant village de pêcheurs de Stykkisholmur aux maisons colorées. Nous en profitons pour faire une petite promenade le long de l’archipel d’îles qui bordent le village. Cet endroit a un air très familier avec l’archipel de Stockholm que nous adorons : un chapelet de petites îles rocailleuses avec parfois de jolies maisons perchées dessus. C’est très mignon. Nous finissons la promenade par un petit passage par l’église du village, très inhabituelle par son architecture ultra moderne ! Nous sommes loin de l’architecture gothique dont nous avons l’habitude…

Maisons colorées de Stykkisholmur
Les maisons colorées de Stykkisholmur
Eglise de Stykkisholmur
L'architecture singulière de l'église de ce village de pêcheurs
Péninsule de Stykkisholmur
L'archipel très mignon de Stykkisholmur

La péninsule de Snæfellsnes est notamment très connue pour ses plages de sable doré, si rares en Islande. Nous avons un peu manqué cette partie lors de notre visite, exceptée la vue depuis le canyon du matin qui en donnait un aperçu. En faisant quelques recherches a posteriori, si vous passez dans ce coin-là, faites un arrêt sur la plage de Skarðsvík assez incroyable à aller voir, paraît-il, en contraste total avec les plages de sable noir de l’île !

Landbrotalaug Hot Pot, interlude relaxant en pleine nature

Pour finir cette journée sur une note relaxante, nous nous rendons à un secret Hot Pot. Comprenez par ce terme, un petit bain chaud complètement gratuit et perdu dans la nature islandaise. Nous avons appris l’existence de ces bains grâce à un couple rencontré dans un camping quelques jours auparavant. Il en existe de nombreux disséminés dans tout le pays ! La plupart (dont celui où nous avons été) sont référencés sur ce site. Il s’agit en général de sorties de sources thermales qui ont été aménagés par des particuliers en ajoutant des pierres.

Landbrotalaug est situé non loin de la route 54, nous le trouvons assez facilement : une voiture est déjà garée à l’endroit où il faut commencer à marcher. Après quelques dizaines de mètres de marche, nous arrivons sur un petit bassin rond de la taille d’une baignoire, mais heureusement assez profond ; nous pouvons y tenir à 4 sans problème.

L’eau y est entre 40 et 45°C, donc c’est difficile d’y rester longtemps (et d’y rentrer aussi, avec la température de l’air à seulement une dizaine de degrés !). Mais se prélasser dans une eau bien chaude au milieu de la nature n’a pas de prix, c’est une expérience géniale et à planifier absolument si vous prévoyez un road trip en Islande. Nous en aurions sûrement fait plus d’un si nous avions appris l’existence de ces bains plus tôt !

Landbrotalaug Hot Pot
Landbrotalaug Hot Pot

Reykjavik, une capitale tranquille

Pour notre dernier jour en Islande, nous avons choisi de visiter la capitale. Depuis notre camping (Snorrastadir Farm Holidays), la route pour se rendre à Reykjavik est magnifique, de quoi nous rendre très nostalgique d’être déjà à la fin de ce voyage incroyable ! Nous jetons un dernier regard à la route toute droite qui traverse ces paysages de montagnes sans végétation, tachetées par les ombres des quelques nuages qui parsèment le ciel au-dessus de nous. La dimension supplémentaire apportée par les jeux de reflets sur l’eau calme rend le trajet absolument splendide, tous les ingrédients sont réunis pour une fin de road trip en apothéose !

Vue depuis la route au nord de Reykjavik
La route magnifique vers Reykjavik

Arrivés à Reykjavik, nous garons la voiture près du port et faisons le reste de la journée à pied. La visite commence par un déjeuner dans un bon restaurant : Messinn, recommandé pour ses plats de poisson servis directement dans la poêle. Peut-être le sentiment était-il accentué par le fait d’avoir fait presque 10 jours de plats de camping mais nous avons trouvé le repas vraiment succulent ! Et les prix sont assez abordables le midi en semaine. Comme en Suède, pour rendre les restaurants plus abordables au déjeuner, les tarifs sont adaptés avec une carte réduite. Nous avons payé notre plat une quinzaine d’euros par personne. Une très bonne adresse à Reykjavik que nous recommandons.

Rive du lac Tjörnin à Reykjavik
Les abords du lac Tjörnin

Nous continuons la visite par une balade dans le centre-ville. Reykjavik est une ville très mignonne avec des quartiers résidentiels de maisons très sympathiques et de nombreuses rues piétonnes dans lesquelles il est agréable de flâner. Nous avons particulièrement apprécié nous promener autour du lac Tjörnin, situé en plein cœur de ville et à l’atmosphère très paisible. Nous avons aussi visité l’église Hallgrímskirkja, au design très moderne, assez austère vue de l’extérieur. En entrant à l’intérieur, nous avons été frappés par la blancheur des murs nus s’élevant très haut au-dessus de nos têtes. Cette église a tout de même un certain charme.

Hallgrímskirkja
Hallgrímskirkja et son design assez austère
Rue de Reyjkjavik
Une petite rue commerçante de la capitale

Selon nous, un jour est suffisant pour visiter Reykjavik et tout peut être fait à pied. La ville nous a paru très calme et paisible, assez typique d’une ville d’Europe du Nord. Si vous souhaitez rester un peu plus longtemps pour vous imprégner de l’ambiance locale, la capitale possède aussi de nombreux musées à visiter.

C’est ainsi que s’achève notre road trip en Islande, il est déjà temps de reprendre le chemin de l’aéroport direction Paris.

Le détail de notre itinéraire