Notre road trip se poursuit à la découverte du Nord de l’Islande. La route 1 quitte la côte pour s’enfoncer dans les terres du pays, nous offrant de splendides paysages de déserts volcaniques. C’est avec un émerveillement sans pareil que nous découvrons la géothermie : d’abord son odeur de soufre si caractéristique, mais encore et surtout ses paysages fumants aux couleurs incroyables et ses bains chauds relaxants.  Non loin de cet environnement hostile, la gorge d’Ásbyrgi offre une étonnante parenthèse par la richesse de sa végétation. La diversité des paysages islandais continue de nous surprendre…

Cap sur le Nord…

Nous quittons les fjords de l’Est par la route 1 direction le Nord de l’île. Le changement de paysage s’opère très rapidement : des montagnes verdoyantes, nous passons à un désert volcanique, que seule la route 1 vient perturber.

Tronçon de route circulaire au nord de l'Islande
Changement de décor après les paysages de fjord
Tronçon de route circulaire au nord de l'Islande
La route 1 s'étirant toute droite à perte de vue

L’endroit est d’une puissance impressionnante : de grandes étendues désertiques nuancées de couleurs ocres, habillées d’un ciel lourd de nuages et de quelques reliefs en arrière-plan. La route 1 s’étire de part et d’autre, comme un trait de crayon déposé sur une feuille vierge. Un point de vue aménagé au bord de la route permet de s’attarder dans la contemplation. Une chaise blanche solitaire est même posée là, comme pour nous rappeler à quel point l’être humain est petit devant de tels panoramas. Avis aux philosophes en herbe…

Paysage de la route circulaire dans la région du Nord de l'Islande
Un paysage grandiose de désert volcanique sous un ciel chargé

Dettifoss, une cascade rugissante à portée de main

C’est presque avec regret que nous nous arrachons à ce paysage pour continuer notre périple. Nous prenons la route 864 pour nous rendre en direction de Dettifoss, la cascade réputée pour être la plus puissante d’Europe. Une petite marche permet de se rapprocher au plus près de la cascade, à tel point qu’il serait possible de mettre ses pieds dedans ! Etant donné la puissance du courant, ce n’est évidemment pas une expérience que nous avons tentée. Asseyez-vous plutôt sur un rocher, contemplez le point de chute et écoutez le rugissement assourdissant de la cascade. C’est de cette façon que vous pourrez embrasser toute la grandeur du lieu…

Cascade Dettifoss au nord de l'Islande
Cascade Dettifoss à la puissance impressionnante
Point de chute de la cascade Dettifoss au nord de l'Islande
Au plus près du point de chute de Dettifoss
Canyon du fleuve Jökulsá au nord de l'Islande
Le canyon du fleuve Jökulsá

Jökulsárgljúfur, un canyon démesuré

La route 864 se poursuit vers le Nord et longe le canyon du fleuve Jökulsá, l’un des plus longs d’Islande, prenant sa source au Vatnajökull et se jetant non loin de l’Océan Arctique. Le fleuve est entouré de coulées de lave volcanique qui se sont érodées au fil du temps pour former les parois du canyon. Cette histoire singulière confère au site une ambiance intéressante : les falaises abruptes aux couleurs allant de l’ocre au rouge intense par endroits habillent superbement le fleuve, pour le plus grand plaisir des yeux.

Canyon du fleuve Jökulsá au nord de l'Islande
Très beaux panoramas sur le canyon tout le long de la route

La route est de moins en moins praticable au fur et à mesure que nous avançons mais reste clairement de meilleure qualité que la route F que nous avions prise pour aller au Laki. Les nids-de-poules ne sont pas rares mais l’absence de passages à gué est appréciable. La route est magnifique, avec le canyon à notre gauche qui se rétrécit et à notre droite, une ambiance de désert volcanique accrue par des roches rougeoyantes.

Canyon du fleuve Jökulsá au nord de l'Islande
Canyon du fleuve Jökulsá au nord de l'Islande

Ásbyrgi, une gorge verdoyante au milieu d’un désert volcanique

Nous arrivons au bout de la route 864 à l’embranchement avec la route 85. Après avoir pris quelques renseignements à l’Ásbyrgi visitor centre, nous décidons d’aller voir la gorge d’Ásbyrgi, singulière par sa forme de fer à cheval. Le paysage y est radicalement différent du reste de la région. Nous sommes immédiatement plongés dans un cadre inédit de notre road trip islandais : une forêt…

Etang contre la paroi de la gorge d'Ásbyrgi au nord de l'Islande
Petit étang contre la paroi de la gorge
Gorge d'Ásbyrgi et sa végétation au nord de l'Islande
La gorge d'Ásbyrgi et sa forme de fer à cheval

Les petits arbustes des sols volcaniques laissent ici place à de vrais arbres, dignes des forêts d’Europe plus australe. Même si nous ne sommes qu’en début septembre, ceux-ci commencent déjà à prendre de légères teintes automnales. Au bout de la balade, nous arrivons contre la paroi qui forme le fer à cheval au bord d’un petit étang dans lequel barbotent quelques canards. C’est magnifique, et tellement inattendu, en comparaison du désert volcanique que nous venons de traverser !

Krafla, la géothermie dans toute sa splendeur

Pour regagner la route 1, nous prenons la route 862 située le long du fleuve Jökulsá à l’ouest. Direction le lac Mývatn, région célèbre pour sa géothermie ! Nous retrouvons avec plaisir des paysages de déserts volcaniques à perte de vue, quand soudainement, d’impressionnantes colonnes de fumée attirent notre regard. Piqués de curiosité, nous quittons la route 1 pour nous en approcher et découvrons la centrale géothermique de Krafla ainsi que son bruit de turbine assourdissant.

Cratère Viti du Krafla utilisé pour la centrale géothermique
Le cratère Viti du Krafla

Nous garons la voiture non loin de là et gravissons la petite côte jusqu’au cratère Viti du Krafla, rempli d’une eau d’un bleu profond. Le panorama est grandiose : des plaines de coulées de lave à perte de vue, ponctuées de quelques reliefs et perturbées uniquement par les tuyaus et les colonnes de fumée de cette centrale, dont la présence semble presque incongrue. Une façon incroyable de découvrir la géothermie !

Centrale géothermique de Krafla
La centrale géothermique de Krafla perdue au milieu de ce désert volcanique
Couleurs du sol du Krafla, témoignant de la géothermie du nord de l'Islande
Couleurs incroyablement variées du sol grâce à la géothermie de la région

Nous rebroussons chemin pour aller garer la voiture quelques mètres plus loin. C’est là qu’une des meilleures balades de notre séjour nous attend : la découverte des champs de lave du Krafla. Le paysage est digne d’un scénario de fin du monde !

Dans un premier temps, nous découvrons un sol aux couleurs allant du bleu à l’orange foncé du fer, surplombé de fumerolles et parsemé de mares d’eau bouillonnante et laiteuse. Un panorama tout droit sorti d’un film de science-fiction et pourtant, rien de plus naturel, rendu possible par la géothermie de la région… Dans un second temps, c’est une vue sur un champ de lave d’un noir profond encore fumant, vestige de la dernière éruption du Krafla, dans les années 70-80 qui s’offre à nous. L’ambiance apocalyptique est à son comble… Nous avons adoré cet endroit que nous avons découvert quasiment seuls avec une lumière de fin de journée très captivante !

Paysage du Krafla aux couleurs caractéristiques de la géothermie
Paysage presque martien, marqué par la géothermie...
Sol fumant du Krafla, signe d'une géothermie active
Les sols fumants du Krafla témoignant d'une géothermie active

Le lendemain, nous nous rendons à Hverarönd, un endroit proche et très similaire au Krafla mais visible depuis la route 1. Nous avons beaucoup moins aimé, d’une part parce qu’il pleuvait des cordes lorsque nous y sommes allés, mais également à cause du nombre plus important de touristes. Découvrir un sol fumant et des flaques d’eau bouillonnantes sous la pluie reste une expérience incroyable, mais la valeur ajoutée par rapport à la balade de la veille nous a paru assez faible. A chacun de décider en fonction de la météo et du temps dont il dispose quel site visiter.

Coulée de lave du Krafla
La dernière coulée de lave du Krafla d'un noir profond
Paysage du Krafla aux couleurs caractéristiques de la géothermie
La géothermie offre une variété de paysages incroyable

Mývatn nature baths, une expérience relaxante

Le jour suivant la découverte du Krafla, nous commençons notre journée par une baignade aux bains de Mývatn, nos premiers bains chauds en Islande. Nous avons choisi ces bains-là plutôt que ceux du célèbre Blue Lagoon à côté de Reykjavik, par peur du nombre de touristes. Nous n’avons pas été déçus par notre visite : le cadre des bains est très authentique avec une superbe vue sur les paysages environnants. Les bains sont agréables et spacieux, il est même possible d’y faire quelques longueurs. L’entrée est autour de 35€ par personne avec un tarif réduit pour les étudiants. Si vous avez oublié votre serviette ou votre maillot de bain, vous pouvez en louer un à l’accueil.

Après la douche au savon obligatoire avant l’accès aux bains, direction l’extérieur du bâtiment. Si vous survivez à la petite marche en maillot de bain sous la pluie froide, vous aurez le plaisir de vous glisser dans une eau autour de 30°C quand l’air ambiant tourne autour des 10°C. Quelle agréable sensation… L’eau des bains islandais est très surprenante avec une texture presque onctueuse. Ne vous fiez pas à son odeur de soufre, l’eau est connue pour ses vertus bénéfiques pour la santé grâce à sa composition riche en sels minéraux et silicates.

En plus du grand bassin, il est possible de se baigner dans un plus petit bassin dans lequel la température de l’eau est comprise entre 45°C et 50°C. Tellement agréable, mais difficile et non recommandé d’y rester longtemps ; notre rythme cardiaque s’accélère assez rapidement dans une eau aussi chaude. L’expérience des bains chauds est un incontournable d’un voyage en Islande et offre une autre facette intéressante de la géothermie, que nous recommandons vivement !

Cascade Goðafoss au nord de l'Islande
Cascade Goðafoss, grandiose par sa largeur

Goðafoss, impressionnante par sa largeur

Après ces bains relaxants, nous continuons notre chemin sur la route circulaire, direction l’ouest. Notre point d’intérêt suivant est la cascade Goðafoss, une des plus célèbres d’Islande. Sa largeur (30 mètres) la rend particulièrement impressionnante ! Nous nous sentons tout petits à côté… Nous ne nous sommes malheureusement pas éternisés dans les environs, la pluie battante freinant nos âmes d’explorateurs…

C’est dans cette atmosphère très humide que se termine notre exploration du Nord de l’île et que nous entamons la dernière partie de notre road trip, l’Ouest de l’Islande.

Cascade Goðafoss au nord de l'Islande
Point de vue au plus près de la cascade

Le détail de notre itinéraire